Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

15 mai 2022 7 15 /05 /mai /2022 09:05

Cathédrale de Chartres (Vitrail de Charlemagne)

 

**

 

PARIS AU MOYEN-AGE : MÉTIERS ET CORPORATIONS

 

 

Après l’An Mil, dans les villes et les bourgs, les artisans s’organisent en associations professionnelles, les corps de métiers. (Guildes ou Hanses, selon les lieux).

Les corporations étaient composées d’artisans d’une même profession (taverniers, cervoisiers, forgerons, tisserands, boulangers, charpentiers…).Chaque corporation était organisée selon une hiérarchie stricte : apprentis, compagnons, maîtres (patrons).

La plupart des métiers d’artisans étaient régis par une corporation qui avait pour rôle de réglementer la durée de la formation, la procédure, pour obtenir le titre d’artisan.

C’est aussi la corporation qui fixait les prix, des marchandises et assurait la protection de ses membres.

 

***

Ci-dessous deux exemples qui illustrent le rôle des corporations au 13e siècle, rapportés par Étienne Boileau dans son ouvrage Le Livre des Métiers.

 

« Corporation des taverniers

Peuvent être taverniers à Paris ceux qui le veulent, s'ils en ont les moyens, en payant le chantelage (droit que prélevait le seigneur sur le vin vendu en gros.) au roi, les mesures aux bourgeois et les crieurs. Chaque tavernier doit acheter tous les ans ses mesures aux bourgeois de Paris. Les bourgeois les vendent plus à l'un, moins à l'autre, selon leur caprice. Quiconque vend à Paris du vin en tonneau doit avoir un crieur.

Tous les taverniers de Paris peuvent vendre le vin qu'ils veulent, au prix qu'ils veulent. Cependant ils ne doivent pas augmenter leurs prix; par contre, ils peuvent le baisser et avoir du vin en tonneau autant qu'il leur plaît. Qu'ils aient des mesures justes ; si quelqu’un utilise de fausses mesures, le roi fixera l'amende à lui infliger.

 

Marchand de vin rouge (Tacuinum sanitatis, 15e S)

 

Corporation des cervoisiers (brasseurs.)

Nul cervoisier ne peut ni ne doit faire de la cervoise (sorte de bière) avec autre chose que de l'eau et du grain, c'est-à-dire de l'orge, du méteil (mélange de seigle et de froment) et de la drèche (résidu de la distillation des grains). Si on y mettait autre chose, genièvre, piment, pour la rendre plus forte, et si on était pris sur le fait, on payerait au roi une amende de vingt sous de Paris. Les prud'hommes du métier disent que tout n'est pas bon à entrer dans la composition de la cervoise, car il y a des choses malsaines et mauvaises pour la tête, pour le corps, pour les gens affaiblis et malades.

Nul ne peut ni ne doit vendre de la cervoise ailleurs qu'en la brasserie. Car ceux qui sont revendeurs de cervoise ne la vendent pas si bonne que ceux qui la fabriquent chez eux, et ils la vendent aigre et tournée : en effet, ils ne savent pas la mettre au point ; de plus, ceux qui ne la fabriquent pas chez eux, quand ils la font vendre en deux ou trois endroits dans Paris, ne sont pas là et leurs femmes pas davantage : ils la font vendre par leurs petits garçons et dans les rues des faubourgs. »  (Boileau Étienne, Le Livre des métiers, in Maxime Roux, Textes relatifs à la civilisation matérielle et morale du Moyen âge)

 

Boileau Etienne (1200-1270)
                       
Statue de l'Hôtel de ville de Paris

*

Etienne Boileau (1200-1270)

Il reçoit de Louis IX la première magistrature de Paris, vers 1254.

Louis IX le nomme Prévôt de Paris de 1261 à 1270.

Il est sévère et redouté. Il réprime les abus, rétablit les revenus royaux, réorganise les corporations d’arts et métiers. Il fait inscrire leurs coutumes et règlements ainsi que les octrois perçus et les juridictions de Paris sur un registre, le « Livre des métiers » rédigé en 1268.

 

Le Livre des métiers qu'il fait compiler vers la fin de sa carrière est un recueil de règlements établis et de règles spontanées qui tirent leur force de l'usage, et dont l'objet principal était de protéger l'artisanat et le petit commerce parisiens contre la concurrence déloyale et le chômage. Bien qu'il ne s'agisse en rien d'une œuvre originale, on y dénote un souci de cohérence et d'harmonisation. La plupart des dispositions du Livre des métiers sont la base de la réglementation professionnelle à Paris, jusqu'à la fin du Moyen Âge.

C’est un recueil des statuts de métiers parisiens (publié en 1837, pour la première fois).

 

Étienne Boileau est installé au Châtelet et cumule les fonctions de receveur des finances, d’officier de police, de juge et d’administrateur. Son traitement est fixé à 300 livres par an.

C’est avec beaucoup de fermeté qu’il exerce ses fonctions et va même jusqu'à tenir tête au chapitre de Notre-Dame pour défendre les droits du roi.

 

Étienne Boileau a appliqué la justice sans considération pour la richesse ou le rang et il a débarrassé la cité de tous ses voleurs et criminels, selon Jean de Joinville.

 

 

Le métier de crieur illustré par Jean Bodel dans le « jeu de Saint-Nicolas ».

Le crieur est au service du tavernier qu’il relaie dans la rue. Son rôle est de vanter le vin servi dans cette taverne.

 

13e siècle, un crieur de rue

« Raoulet. Vin nouvellement mis en perce ! A plein lot, à plein tonneau ! honnête et buvable, franc et corsé, courant comme écureuil au bois, sans aucune saveur de pourri ni d'aigre, courant sur lie, sec et vif, clair comme larme de pécheur, s'accrochant à la langue du gourmet ! Nul autre n'y doit goûter ! Voyez comme il tire son rideau de mousse, voyez comme il monte, étincelle et pétille ! Gardez-le dans la bouche, sa saveur vous ira jusqu'au cœur !»  (Jean Bodel, in Maxime Roux, Textes relatifs à la civilisation matérielle et morale du Moyen âge)

 

***

Jean Bodel (1165-1210)

*

Jean Bodel (1165-1210) vécut à Arras. C’est un trouvère qui s’est illustré dans la chanson de geste et le fabliau.

En 1202, Jean Bodel contracta la lèpre et entra dans une léproserie où il finira ses jours.

 

Il est l’auteur d’un certains nombre d’écrits :

  • La Chanson des Saisnes qui relate la guerre de Charlemagne contre les Saxons et leur chef Widukind (que Bodel appelle Guiteclin).
  • Le Jeu de Saint-Nicolas qui narre la façon dont Saint-Nicolas a forcé des voleurs à rendre un trésor volé.

 

Il fut le premier à avoir classé les thèmes légendaires et les cycles littéraires connus par la littérature médiévale dans

  • La matière de Rome (contes de l’antiquité classique)
  • La matière de Bretagne (concernant le Roi Arthur)
  • La matière de France (concernant Charlemagne et ses paladins).

 

Dans ses « Congés » Bodel, malade, fait ses adieux à sa ville natale et à ses amis. Le poème n’est plus sur la mort en général, mais sur sa mort.

 

Avec « Les Vers de la mort » d’Hélinand de Froidmont, il ouvre la voie à une poésie personnelle, « le dit ». Rutebeuf en est un célèbre représentant.

 

Il a aussi écrit des fabliaux comme « Brunain la vache au prêtre »


 

 

Partager cet article
Repost0
22 mars 2022 2 22 /03 /mars /2022 08:50

 

REGARD SUR LA GUERRE

 

Jean de la Bruyère (1645-1696)

 

**

Jean de La Bruyère, homme de son temps

 

**

 

« La critique souvent n’est pas une science ; c’est un métier où il faut plus de santé que d’esprit, plus de travail que de capacité, plus d’habitude que de génie. » (La Bruyère)

 

*

Jean de la Bruyère,  homme de lettres et moraliste français, né en 1645 à Paris et mort à Versailles en 1696, fils d’un Contrôleur Général de Paris, s’exerça à plusieurs métiers avant de devenir un des grands noms de la littérature française.

Après de brillantes études il obtient la licence de Droit et devient avocat au Parlement de Paris, mais plaide peu.

Il achète ensuite un office de Trésorier des Finances de la Généralité de Caen. Sa charge l’occupant peu, il passe le plus clair de son temps à lire, surtout à observer le monde de l’époque, principalement celui de sa classe et celui de la classe au-dessus. Il observe, écoute, regarde.

 

Un de ses biographes dira de lui :

« Il peut méditer, lire, observer à loisir. Il mène en somme, jusqu’en 1684, la vie d’un sage, très modéré dans ses ambitions, très jaloux de son indépendance. Chez ce bourgeois de Paris, de la même race qu’un Boileau, qu’un Voltaire, sommeillent encore des dons de perspicacité réaliste et d’ironie caustique, qu’un brusque changement dans sa destinée va lui permettre de révéler. »

 

Ce changement intervient effectivement. Le 15 août 1688, La Bruyère, sur la recommandation de Bossuet, est nommé professeur d’histoire, précepteur du Duc de Bourbon, petit fils du Grand Condé, au château de Chantilly.

Ainsi, un large champ d’observation s’ouvre « à son regard aigu : il voit, de près et dans l’intimité, les grands seigneurs auxquels se mêlent parfois des parvenus, plus orgueilleux encore que les princes de sang ».

 

Dans « Les Caractères » La Bruyère poursuit un double objet :

—Peindre ses contemporains d’après nature et les amener ainsi à prendre conscience de leurs défauts et les corriger.

—Mais, comme La Fontaine, Molière, La Rochefoucauld, il vise aussi à discerner chez les Français du 17e siècle, des traits éternels de la nature humaine.

*

Le texte de La Bruyère ci-dessous contre la guerre, nous présente ce double objet.

*

« La plupart des hommes emploient la meilleure partie de leur vie à rendre l’autre misérable. » (La Bruyère)

 

*

La Bruyère a horreur de la guerre. Avec une ironie indignée il en dénonce le caractère atroce et surtout l’absurdité, montrant qu’elle ravale l’homme au-dessous des bêtes.

 

« La guerre a pour elle l’antiquité ; elle a été dans tous les siècles : on l’a toujours vue remplir le monde de veuves et d’orphelins, épuiser les familles d’héritiers, et faire périr les frères à une même bataille…

De tout temps, les hommes, pour quelque morceau de terre de plus ou de moins, sont convenus entre eux de se dépouiller, se brûler, se tuer, s’égorger les uns les autres ; et, pour le faire plus ingénieusement et avec plus de sûreté, ils ont inventé de belles règles qu’on appelle l’art militaire ; ils ont attaché à la pratique de ces règles la gloire ou la plus solide réputation ; et ils ont depuis enchérie de siècle en siècle sur la manière de se détruire réciproquement. De l’injustice des premiers hommes comme de son unique source est venue la guerre, ainsi que la nécessité où ils se sont trouvés de se donner des maîtres qui fixassent leurs droits et leurs prétentions. Si, content du sien, on eût pu s’abstenir du bien de ses voisins, on avait pour toujours la paix et la liberté.

*

« L’homme, (est) toujours plus avide du pouvoir à mesure qu’il en a davantage, et qui ne désire tout que parce qu’il possède beaucoup. » (La Bruyère)

 

*

Petits hommes hauts de six pieds, tout au plus de sept, qui vous enfermez aux foires comme géants, et comme des pièces rares dont il faut acheter la vue, dès que vous allez jusques à huit pieds ; qui vous donnez sans pudeur de la hautesse et de l’éminence, qui est tout ce que l’on pourrait accorder à ces montagnes voisines du ciel et qui voient les nuages se former au-dessous d’elles ; espèce d’animaux glorieux et superbes, qui méprisez toute autre espèce, qui ne faites pas même comparaison avec l’éléphant et la baleine, approchez, hommes, répondez un peu à Démocrite. Ne dites-vous pas en commun proverbe : des loups ravissants, des lions furieux, malicieux comme un singe ? Et vous autres, qui êtes-vous ? J’entends corner sans cesse à mes oreilles : l’homme est un animal raisonnable. Qui vous a passé cette définition ? Sont-ce les loups, les singes et les lions, ou si vous vous l’êtes accordée à vous-mêmes ? C’est déjà une chose plaisante que vous donniez aux animaux, vos confrères, ce qu’il y a de pire, pour prendre pour vous ce qu’il y a de meilleur. Laissez-les un peu se définir eux-mêmes, et vous verrez comme ils s’oublieront et comme vous serez traités. Je ne parle point, ô hommes, de vos légèretés, de vos folies et de vos caprices, qui vous mettent au-dessous de la taupe et de la tortue, qui vont sagement leur petit train, et qui suivent sans varier l’instinct de leur nature ;  mais écoutez-moi un moment. Vous  dites d’un tiercelet de faucon qui est fort léger, et qui fait une belle descente sur la perdrix : "Voilà un bon oiseau" ; et d’un lévrier qui prend un lièvre corps à corps : "C’est un bon lévrier ". Je consens aussi que vous disiez d’un homme qui court le sanglier, qui le met aux abois, qui l’atteint et qui le perce : "Voilà un brave homme". Mais si vous voyez deux chiens qui s’aboient, qui s’affrontent, qui se mordent et se déchirent, vous dites : "Voilà de sots animaux" ; et vous prenez un bâton pour les séparer. Que si l’on vous disait que tous les chats d’un grand pays se sont assemblés par milliers dans une plaine, et qu’après avoir miaulé tout leur soûl, ils se sont jetés avec fureur les uns sur les autres, et ont joué ensemble de la dent et de la griffe ; que de cette mêlée il est demeuré de part et d’autre neuf à dix mille chats sur la place, qui ont infecté l’air à dix lieues de là par leur puanteur, ne diriez-vous pas "Voilà le plus abominable sabbat dont on ai jamais ouï parler" ? Et si les loups en faisaient de même : "Quels hurlements ! quelle boucherie !" Et si les uns ou les autres vous disaient qu’ils aiment la gloire, concluriez-vous de ce discours qu’ils la mettent à se trouver à ce beau rendez-vous, à détruire ainsi et à anéantir leur propre espèce ? ou, après l’avoir conclu, ne ririez-vous pas de tout votre cœur  de l’ingénuité de ces pauvres bêtes ? » (Extraits de La Bruyère, Les Caractères.)

*

« Le trop d’attention qu’on met à observer les défauts d’autrui fait qu’on meurt sans avoir eu le temps de connaître les siens. » (La Bruyère)

 

 

Partager cet article
Repost0
4 mars 2022 5 04 /03 /mars /2022 09:44

 

GUSTAVE GAUTHEROT, UN ANTIBOLCHÉVIQUE RÉSOLU (2)

 

 

Les Bolchéviks dans les possessions françaises d’Afrique, par Gustave Gautherot

 

 

Gustave Gautherot était persuadé que les bolchéviks s’adonnaient à une œuvre mondiale de subversion minutieusement programmée qui commence par les possessions françaises d’Afrique (Nord et Sud du continent), comme on peut le constater dans l’extrait ci-dessous.

 

 

Le texte est un extrait de « Le Bolchévisme aux colonies » :

 

« Le Bolchévisme en Afrique

 

Le 4 mars 1928, en installant la commission interministérielle chargée d'étudier les projets relatifs à l’extension des droits politiques des indigènes de l’Algérie et des colonies, le Ministre de l’Intérieur, M André Tardieu, après avoir observé que « tout se tenait dans l’unité française », a donné ce solennel avertissement :

« Sur tous les points de ce vaste empire, mais plus particulièrement en Afrique, nous avons d’autre part à compter avec deux forces, dont l’une est ancienne et l’autre récente ; dont l’une a prouvé qu’elle comporte avec notre génie de mutuelles et fécondes adaptations, dont l’autre démontre chaque jour qu’elle est inassimilable ; dont la première fut et demeure créatrice de civilisation et dont la seconde ne serait que dissociante et destructive. La première est l’Islam, la seconde est le bolchévisme. Vous compterez avec toutes les deux. »

Entre l’Islam et la civilisation européenne, entre leur spiritualisme, leur morale, leurs principes sociaux élémentaires, il existe en effet des points de contact et des possibilités de collaboration. La muraille qui les séparait ressemble à ces antiques remparts qui courent aujourd’hui à travers les cités sans entraver la commune activité. Bien avant les gouvernements franco-tunisiens et franco-marocains, l’amitié franco-musulmane a prouvé qu’au fond rien n’empêchait d’anciens ennemis de se tendre une main loyale et de travailler ensemble, dans le mutuel respect de leurs croyances héréditaires, aux œuvres de paix. Nous ne sommes d’ailleurs qu’aux premières décades de cette heureuse collaboration, et il y a lieu d’espérer qu’elle multipliera ses fruits. En tout cas, le fanatisme musulman a les meilleures chances de s’assouplir à notre contact ; les vertus des races qui, dans le passé, furent si fécondes, et qu’une sorte de maladie du sommeil immobiliserait ne seront pas étouffées, mais revigorées par notre génie en plein essor ; et se sera tout profit pour l’humanité.

Nous en dirions de même des autres religions africaines, de ces religions « animistes » qui n’excluent pas une remarquable sociabilité. La sauvagerie du continent noir est d’ordinaire le résultat de déchéances qu’il nous appartient de guérir. Entre Français et indigènes, la confiance, la compréhension, l’amitié, s’établissent aisément. Jusqu’au cœur de l’Afrique, nos missionnaires multiplient de significatives conquêtes. L’avenir est plein de fraternelles espérances.

**

Mais voilà que se dresse, sur ce continent renaissant, le « spectre rouge » du bolchévisme : il y inspire, non pas la fraternité, mais la haine ; il y prépare non pas le progrès dans la paix, mais la régression dans la guerre destructrice. Entre l’Islam et la France, il cherche, non pas à aplanir les barrières mais à les relever. Le bolchévisme qui est, en dernière analyse, l’ennemi mortel de toutes les libertés comme de tous les sentiments religieux, prêche l’indépendance nationale, bien plus l’indépendance raciale, la révolte continentale, et prétend constituer contre nous, contre l’Europe, le bloc africain : Afrique noire contre Afrique blanche.

Ce n’est encore qu’un rêve assez lointain. L’U.R.S.S. ne pénètre pas l’Afrique de toutes parts comme elle pénètre l’Asie. Ni par leur densité, ni par leur degré de culture, les deux continents ne sont comparables. Les insurrections chinoises, hindoues ou druses n’ont pas eu encore — (sauf avec Abd-el-Krim) — leurs pendants en Afrique. Mais le plan d’action est nettement tracé ; leurs courants d’idées sont établis ; les conséquences s’en développent régulièrement, favorisées par des rivalités internationales et par des disputes françaises qu’il importe d’abord de caractériser. »

 

Papillon communiste collé sur les murs d'Alger en 1930

 

****

« Rivalités internationales et Problèmes français

 

Le partage de l’Afrique s’est naturellement effectué, au XIXe siècle, entre les puissances qui contribuèrent le plus à découvrir le continent, qui y possédaient déjà des territoires, qui se trouvaient orientées vers lui et en mesure d’y soutenir leurs droits. L’Allemagne sut, après coup, s’y tailler un véritable empire, que lui fit perdre sa défaite de 1918. L’Italie, trop tard venue, et d’ailleurs arrêtée jadis par des opérations malheureuses, se trouve à l’étroit en Tripolitaine. Les Etats non-coloniaux et l’Union Nord-Américaine elle-même estiment aujourd’hui que les débouchés africains ne sauraient rester le monopole de quelques nations. D’où les compétitions dont joue Moscou.

 

LA COLLUSION GERMANO-SOVIÉTIQUE

 

Par les traités de Brest-Litovsk, de Rapallo et de Berlin, le Reich a conclu avec les Soviets — « avec le diable » — des pactes qui, au point de vue économique, ont abouti à de fatales désillusions, et qui, au point de vue politique, ont singulièrement favorisé la bolchévisation de l’Allemagne. Des patriotes aussi éclairés que le général Max Hoffmann [ancien chef d’État-major des armées allemandes en Russie], dès 1919, et le capitaine Ehrhardt [chef nationaliste très actif], à la fin de 1929, ont d’ailleurs condamné une aussi funeste politique.

Si les Alliés victorieux lui avaient laissé ses colonies, le Gouvernement allemand n’en aurait-il  pas profité pour jouer en Afrique aussi la carte de Moscou ? Ou bien la solidarité coloniale ne l’aurait-elle pas rapproché de l’Occident ? Quoi qu’il en soit, dans l’état actuel des choses, la collusion germano-soviétique apparaît de la façon la plus nette sur le terrain colonial.

*

Pangermanistes et internationalistes moscoutaires s’accordent tout au moins pour combattre le traité de Versailles. En ce qui concerne les colonies, au mois d’avril 1929, le Dr H. Schacht, président de la Reichsbank et chef de la délégation allemande à la commission des Réparations, a manœuvré à Paris pour obtenir la restitution du Togo, du Cameroun, du Sud-Ouest et de l’Est-Africain allemands, restitution liée, déclarait-il, à la prospérité économique, et par conséquent à la capacité de paiement du Reich. Il était soutenu en cela par toute la presse d’Outre-Rhin, et par les objurgations de la « Ligue d’Empire des Allemands à l’étranger, des Colonies et des pays frontières dépouillés de leurs biens ». Logiquement, cette attitude est inconciliable avec le bolchévisme — qui réclame l’abolition de toute domination coloniale ; —  mais, outre que la politique germanique s’embarrasse assez peu de pure logique, les colonialistes allemands, repoussés par les Puissances mandataires, les attaquent alors avec des arguments semblables à ceux de Moscou.

*

Pour établir la nécessité du retour en Afrique des colons, des ingénieurs, des médecins, des missionnaires allemands, ils taxent en effet d’insuffisance, voir d’indignité, ceux qui les ont remplacés. Ils proclament la faillite de la colonisation française, anglaise ou belge. Ils prennent la défense des malheureux indigènes. Ils rejoignent alors les purs bolchévistes de la Ligue contre l’Impérialisme et contre l’Oppression Coloniale.

Nous avons suffisamment décrit les origines et l’action germano-soviétique de cette ligue pour qu’il soit utile d’y revenir. Nous n’accusons pas l’ensemble de la nation allemande d’un aussi détestable concours ; mais il est démontré que les mortels ennemis de la civilisation européenne et de son rayonnement à travers le monde ont pu établir leur second quartier général dans un pays dont la culture et la puissance d’expansion devraient, en vérité, servir à d’autres fins.

Pour l’Allemagne elle-même, l’alliance avec les Soviets est une arme à deux tranchants, qui déjà entaille profondément sa propre substance, l’empoisonne et la menace d’une irrémédiable déchéance.

L’AMBITION ITALIENNE

 

Romme et Moscou ne sont-ils pas aux antipodes ? Le « Duce », qui a soustrait la péninsule aux griffes du bolchévisme, réconcilié de Quirinal et le Vatican, et insufflé une âme nouvelle au peuple italien, pourrait-il conspirer en quoi que ce soit avec l’ennemi juré du fascisme ? Ce serait assurément paradoxal. Mais il arrive que les extrêmes se touchent, surtout quand la politique méprise les lois d’un sage équilibre.

Sans attacher plus d’importance qu’il ne convient aux extravagances des thuriféraires qui saluent en M. Mussolini l’ « Empereur des Latins » et vont jusqu’à opposer son triomphant césarisme au « despotisme tremblant d’une France en dissolution », jusqu’à imaginer un « Occident Romain » en révolte contre l’ « Occident usurpateur » dans lequel « la suprématie de Paris n’est qu’une apparence », nous devons constater que les ambitions fascistes sont assez conquérantes pour réclamer, en Europe, la Corse, l’ancien comté de Nice et la Savoie ; en Afrique, les territoires du Borkou et du Tibesti, qui séparent la Tripolitaine du lac Tchad, et même, bien au-delà, le Cameroun, ce qui constituerait, de la Méditerranée au Golfe de Guinée, une Afrique italienne coupant en deux l’Afrique française ! Il s’y ajouterait sans doute la Tunisie, qu’une colonisation non pas seulement économique, mais d’allure politique et agressive, vise à italianiser. On voit tout ce qu’une telle attitude a d’incompatible avec l’amitié franco-italienne et avec l’équilibre européen, tout ce qu’elle présente, par conséquent, d’avantageux pour l’ennemi commun.

*

Une si aveugle activité entraîne de tristes conséquences. Puisqu’on songe à dépouiller la France, ne convient-il pas d’en affaiblir, d’en flétrir la domination coloniale ? Le 31 janvier 1929, le Giornale d’Italia publiait  une correspondance de Paris dont les titres monumentaux sont assez significatifs :

« Premières lueurs sur les mystères de la tragédie africaine : trois millions de noirs en fuite de la colonie française :

17 000 victimes pour 140 kilomètres de chemin de fer.
          
La féroce persécution des travailleurs africains.
          
Cruauté incroyable et massacres en masse. »

 

Que s’était-il passé ? Dans la Haute-Sangha congolaise, où nous n’avons qu’un cadre très restreint de fonctionnaires, le sorcier Karinou avait suscité une certaine effervescence. Le sorcier était mort depuis, et le trouble s’était apaisé. Il s’agissait donc d’incidents sans importance, mais aussitôt grossis par la haine de l’Humanité, qui annonça :

« En A.E.F., les nègres se dressent contre la colonisation sanglante.

La révolte des noirs de la Grande-Forêt.

Le ministre Maginot, actuellement à Dakar, hâte l’organisation des colonnes de répression. »

 

 

Ce vulgaire bourrage de crâne avait été utilisé par le Giornale d’Italia ! Et d’autres journaux italiens imitent, quand il s’agit d’attaquer la colonisation française, la presse de Moscou : par exemple Il Tevere (de Rome), dont une caricature montre un officier français cravachant un pauvre nègre nu et décharné : « Bandit ! crie le Français, cela ne te suffit donc pas d’avoir l’honneur d’être citoyen du grand empire français ! » Sous le titre « Degrés de civilisation », l’A.E.Z. (de Rome) publie « quelques renseignements démographiques recueillis au Congo français d’où il résulte que la mortalité des noirs y est épouvantable », renseignements synthétisés dans ce dialogue illustré entre un obèse colon et un nègre affublé à l’européenne : « Nous nous révoltons parce que nous sommes les plus civilisés des Français. — Comment ? — Certainement ! Nous sommes déjà  arrivés à cent morts pour cinquante naissances ! » Un dessin d’Il Impero (de Rome) représente un officier français donnant des chaussures et un fusil à un indigène : « Tu es idiot, dit le noir, si tu espères que je veux me mettre des souliers pour me faire massacrer sur le Rhin ! ». Sous le titre « Au chic parisien », Il Travaso delle Idee (qu’imprime la Tribuna Romana) offre le 7 juillet 1929 a ses lecteurs ce dialogue entre une acheteuse et un vendeur : «  C’est exagéré ! Un simple petit sac en peau, mille francs ! — Mais, c’est de la peau de maroquin (marocain), et celle-ci coûte très cher aujourd’hui, surtout à nous autres Français. »

Est-ce l’ambassadeur des Soviets à Rome qui fournit les clichés, ou les idées ? En tout cas, il doit en être satisfait, non seulement à l’égard de la France, mais encore à l’égard de l’Italie et de toutes les Puissances colonisatrices.

*

C’est toujours, en effet, l’arme à deux tranchants qui frappe à coup sûr. Si les fascistes dont nous venons de caractériser la manière n’en comprennent pas le danger, leur gouvernement ne saurait fermer les yeux à l’évidence. L’Italie, elle aussi, emploie des troupes noires : « A Bou-Aily, — relatait, lors des opérations militaires de Cyrénaïque, l’Union du 30 janvier 1929, — l’un de nos officiers tombait valeureusement pendant le combat avec dix hommes de couleur. Nous avons eu en outre vingt blessés, tous de couleur ». Lors du mariage du Prince de Piémont avec la Princesse de Belgique, — avec la fille du souverain du Congo, — le défilé des troupes de couleur a d’ailleurs déchaîné l’enthousiasme romain. Comment l’Italie s’assurera-t-elle de leur fidélité, quel rôle pourra-t-elle jouer en Afrique, si elle y détruit elle-même le prestige des blancs, et si elle méconnaît la solidarité coloniale qui — face au bolchévisme — unit nécessairement les puissances européennes ?

Cette solidarité est d’ailleurs battue en brèche par d’autres nations de race blanche.» 
[…]          
                
(Gustave Gautherot, Le Bolchévisme aux colonies, et l’impérialisme rouge)

 

****

Ainsi le professeur Gautherot aura, toute sa vie, lutté avec constance, par la plume, contre ce qu’il nommait l’ « infection des colonies » françaises par ce qu’il considérait comme le mal absolu, le bolchévisme soviétique.

Il croyait ce « virus » capable, en s’infiltrant dans les colonies, d’infester l’esprit des indigènes, les amenant ainsi à toutes sortes de rebellions contre la métropole.

 

 

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2022 6 22 /01 /janvier /2022 09:19

 

JEAN ROSTAND,

SA CONCEPTION DE L’UNIVERS

 

Jean Rostand (1894-1977)

****

Jean Rostand, biologiste et écrivain français (1894-1977). Fils d’Edmond Rostand et de la poétesse Rosemonde Gérard.

Il a fait des études supérieures à la Faculté des sciences de Paris.

Il participe à la création de la section de biologie au Palais de la découverte en 1936 puis fonde son propre laboratoire à Ville-d’Avray et se tient à l’écart des structures universitaires qu’il trouve trop contraignantes.

Féru de sciences et de lettres, il fait preuve d’une curiosité exceptionnelle : l’homme, son origine, sa parenté avec l’animal, et surtout la vie sur terre, voire dans l’univers…

 

Il est l’auteur d’une œuvre impressionnante ; sa vie fut entièrement partagée entre la science et la littérature. Il en résulte une œuvre d’une grande variété. Cette œuvre reflète pour l’essentiel dans chacun des ouvrages qui la composent,  un souci permanent du rapport entre science et société, science et morale, science et avenir. Cette œuvre fait également une place importante à la vulgarisation qui fut aussi un de ses soucis permanents. Ses travaux scientifiques firent sa renommée par leur rigueur, constamment liée au souci de l’humain, et contribuèrent à faire connaître la génétique au grand public. Jean Rostand fut par ailleurs un défenseur acharné des valeurs humanistes, du pacifisme et du mondialisme. Il fut aussi féministe et contribua avec Simone de Beauvoir, Christiane de Rochefort … à créer le mouvement féministe « Choisir la cause des femmes ».

Il entre à l’Académie française en 1959.

 

Quelques ouvrages sont particulièrement représentatifs du souci permanent du lien entre science et avenir des humains :

-Les idées nouvelles de la génétique.

-L’Homme.

-La biologie et l’avenir humain.

-L’hérédité humaine.

-Ce que je crois.

 

En politique on ne flétrit le mensonge d'hier que pour flatter le mensonge d'aujourd'hui. (Jean Rostand)

 

 

L’extrait ci-dessous est tiré de l’ouvrage « Ce que je crois ».

 

« Voici donc "ce que je crois", — étant bien entendu qu'on ne peut jamais que croire, et que toute la différence est entre les téméraires qui croient qu'ils savent et les sages qui savent qu'ils croient. Voici ce que je crois, parce qu'on ne peut s'empêcher de croire quelque chose, même quand la raison suprême serait peut-être de suspendre le jugement. Voici ce que je crois, avec mes gènes, mes hormones, mes réflexes, mon passé, mon expérience dérisoire, mon misérable savoir. Voici ce que je crois, quand je suis seul avec moi, et non pas en présence des autres, qui trop souvent nous altèrent en nous provoquant au consentement ou à la contradiction. Voici ce qui, tout compte fait, me paraît le moins impossible, le moins invraisemblable, ce pour quoi, très honnêtement, je parierais si j'avais, sur les grandes et indécidables questions, à tenir un pari, et non pas un pari frauduleux à la Pascal, où on nous fait le coup de l'angoisse et de l'infini, mais un bon pari honnête et paisible où l'on peut garder toute sa tête.

Il se pourrait qu'après tant de précautions, le lecteur ne fût même plus tenté de poursuivre. Peu m'importe ; je ne me fusse jamais résolu à pareille confession si je n'eusse auparavant énoncé nettement ce que je pense de ce que je crois.

 

Je vois beaucoup de gens qui ont la maturité politique, j'en vois moins qui ont la maturité humaine. (Jean Rostand)

 

Disons-le tout de suite, je ne crois pas que l'homme ait à sa disposition d'autre moyen de connaître que sa raison. Moyen imparfait, sans nul doute ; et je conviens que peut-être les jugements où elle nous porte sont, par construction, entachés d'erreur : il se pourrait que rien de valable ne pût éclore d'un cerveau humain, il se pourrait qu'un dieu malicieux se complût à nous abuser par l'entremise de cette raison qu'il eût déposée en nous... Mais ces risques, nous ne saurions faire autrement que de les courir, et je doute que nous ayons quoi que ce soit à gagner à faire d'emblée intervenir l'irrationnel dans le champ de ce qui nous paraît être le connaissable.

De toute manière, je suis incapable de tenir compte d'une « révélation » prétendument faite à nos aïeux dans les temps reculés de notre histoire. Si respectables que me paraissent ce genre de traditions, et quelque rôle qu'elles aient pu jouer dans notre passé moral, je ne puis accepter d'y voir des certitudes de départ. Seules valent, à mes yeux, les croyances qui, à tout moment recréables par l'intelligence, peuvent se former de novo dans l'esprit d'un homme d'aujourd'hui, à partir de matériaux fraîchement fournis par la science ou par la libre réflexion. Ce parti pris d’actualisation philosophique devait être précisé dès l'abord, afin d'éviter toute méprise. Je n'ignore pas que, pour beaucoup, cette décision d'exclure toute une portion du passé humain qu'ils jugent essentielle, ne doive apparaître comme mutilante et génératrice d'erreur ; mais, sur ce point, je ne saurais envisager le moindre compromis. Impossible, pour moi, de croire à une Vérité qui serait derrière nous. La seule vérité à laquelle je crois en est une qui se découvre lentement, graduellement, péniblement, et qui imperceptiblement s'augmente chaque jour.

Ma conviction est que l'homme se trouve tout au début de son aventure intellectuelle, que son « âge mental » est extrêmement bas au regard de celui qu'il est appelé à prendre. Cette notion de l'immaturité, de l'infantilisme de notre espèce suffirait à me convaincre que, d'un très long temps, nous n'avons à espérer que des réponses naïves et grossières aux grandes questions qui nous préoccupent. Il n'est d'ailleurs pas sûr que l'humanité ait assez d'avenir pour épuiser toute la connaissance dont sa condition cérébrale la rendrait capable, et il est extrêmement douteux que cette condition même l'habilite à une compréhension totale de l'univers.

 

 

Je croyais qu'un savant c'était toujours un homme qui cherche une vérité, alors que c'est souvent un homme qui vise une place. (Jean Rostand)

 

Que sommes-nous ? Qu’est-ce que l’homme ? Que représente-t-il dans l’ensemble des choses ? Qu’est-ce qu’une vie humaine ? Qu’est-ce qui s’efface de l’univers quand périt un individu ?

Je n’hésiterai pas à dire que, s’agissant de ces problèmes, j’aurai traversé l’existence dans un état d’incompréhension effarée. Les indications maigres et clairsemées que la science peut nous fournir à cet égard composent un étrange tableau à la Rembrandt, où quelques flaques de lumière ne font que mieux accuser la superficie des noirceurs.

Un univers de dimensions insensées, qui peut-être n’est pas infini, mais qui, de toute façon, n’est pas à notre échelle ; des milliards de nébuleuses, en chacune desquelles fourmillent les soleils, et, autour d’eux, des cortèges de planètes plus ou moins ressemblantes à la nôtre, mais dont nous ne saurons jamais rien, puisque les rêves les plus hardis de la navigation interastrale ne franchissent point les bornes de notre système solaire. Sur la petite planète qu’est notre terre, une profusion d’êtres que, pour les opposer à ce qui les environne, on appelle vivants, sans savoir au juste en quoi consiste cette vie qui les anime, et qu’il est plus facile de reconnaître que de définir. D’entre les millions d’espèces différentes où se manifeste la vie, une — la nôtre —, qui domine sur tout le reste par la vertu de ce qu’elle nomme la pensée, une que sa supériorité détache et isole au point qu’elle serait encline à se targuer d’une origine singulière si tout ne venait lui rappeler qu’elle se relie au vaste peuple des vivants.

On ne s’étonnera pas que le principal de mes croyances s’organise autour des réflexions que me suggère l’étude de la biologie. Or, l’une des choses que je crois avec le plus de force, — l’une des rares dont je sois à peu près sur —, c’est qu’il n’existe, de nous à l’animal, qu’une différence du plus au moins, une différence de quantité et non point de qualité ; c’est que nous sommes de même étoffe, de même substance que la bête. Cette solidarité, cette continuité entre le règne animal — voire tout le monde vivant — et le canton humain, elle me semble devoir s’imposer à toute personne ayant disséqué un insecte, assisté au frémissement d’un protoplasme, vu un œuf se modeler en embryon. Comment penserais-je que quoi que ce fût d’essentiel pût appartenir en propre à l’une seule des millions d’espèces qui peuplent la terre ? Pas un être organisé, si humble soit-il, dont je ne me sente le frère, et non pas affectivement mais rationnellement. Tout ce qui est dans l’homme de plus élevé, de plus rare, de plus spécifiquement humain, tout ce pour quoi nous serions portés à le mettre à part dans la nature, — qu’il s’agisse des plus hauts témoignages de la pensée logique ou des plus pures manifestations du sentiment —, je ne parviens à y voir que l’épanouissement, que l’amplification, que la majoration de ce qui déjà se montre dans la vie pullulante et anonyme des micro-organismes, dans la sensibilité des amibes, dans les tactismes des plasmodes de Myxomycètes qui glissent vers la sciure de bois, dans la micro-mémoire des Paramécies qui apprennent à ne pas ingérer de colorants nocifs.

Oui, c’est bien là, dès ce niveau modeste de la vitalité, que, pour moi, se posent certains des plus graves problèmes, ceux de la vie, de l’organisation, de l’assimilation, de la sensibilité, de la conscience, — de l’esprit. Là donc que se situent la plupart de mes interrogations, de mes étonnements et de mes doutes. Je suis inébranlablement persuadé que, si nous savions à fond le dernier des êtres animés, nous saurions sinon le tout de l’homme, du moins beaucoup plus sur lui que n’en savent ceux qui, dès à présent, se flattent d’en savoir quelques chose.

 

Sur ce point, vraiment fondamental, de l’unité essentielle de la vie, je me trouve donc en plein désaccord avec un biologiste penseur comme Rémy Collin qui, lui, n’hésite pas de faire entre l’humain et l’animal une différence radicale, puisqu’il voit en l’homme non pas seulement l’être le plus intelligent et le plus puissant de la nature, mais encore un être d’une nature spéciale, doué d’attributs incommensurables à ceux de l’animalité, un être qui, par la possession d’une conscience réfléchie, d’une âme libre et immortelle, transcende les purs mécanismes auxquels se réduisent tous les autres vivants.

Une telle conception, je l’avoue, me surprend et me déconcerte, surtout de la part d’un homme rompu à l’étude positive des phénomènes de la vitalité. Sans mésestimer pour autant, ni tâcher à étrécir tendancieusement le fossé qui sépare le psychisme humain du psychisme animal, je ne puis oublier que ce fossé n’a été creusé que par l’extinction d’êtres intermédiaires qui, à coup sûr, vécurent jadis sur notre globe, et dont on eût été bien embarrassé pour décider s’ils possédaient ou non la conscience réfléchie et la liberté.

 

 

Il faut donc aimer quelqu'un pour le préférer à son absence. (Jean Rostand)

 

 

Je ne sais pas ce que c’est que la vie, ni la conscience ni la pensée ; j’ignore l’origine et la nature de ce qui, prenant racine dans la boue cellulaire, s’est épanoui en notre cerveau ; mais, si j’étais aussi sûr que l’est un Rémy Collin que toute la sensibilité, toute la conscience des bêtes se ramenât à de la mécanique, je ne ferais point de difficulté pour étendre cette certitude jusqu’à l’homme lui-même.

La parenté de l’homme avec les animaux ne se peut expliquer rationnellement que dans le cadre de la théorie de l’évolution, ou théorie transformiste, d’après laquelle tous les êtres vivants, y compris l’homme, dérivent d’êtres un peu moins complexes, et ceux-ci d’êtres qui l’étaient un peu moins, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’on arrive à des formes extrêmement simples, rudimentaires, qui seraient les ancêtres de toute vie. »

 

 

On peut imaginer une humanité composée exclusivement de femmes, on n'en saurait imaginer une qui ne comptât que des hommes. (Jean Rostand)

 

 

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2022 7 09 /01 /janvier /2022 10:01

 

APRÈS L’ARMISTICE DU 11 NOVEMBRE 1918
LES TIRAILLEURS « SÉNÉGALAIS »

 

 

Que deviennent-ils ?
Comment ont-ils été recrutés ? Volontaires ou contraints ?

 

 

¤ Que deviennent-ils après l’armistice du 11 novembre ?

Un certain nombre ont regagné leur foyer en Afrique, d’autres ne bénéficient pas encore du repos que suppose la signature de l’armistice.

Ceux qui sont retournés chez eux, vont-ils rejeter la France parce que cette dernière n’a pas honoré les promesses faites pendant la guerre. Il n’en fut rien. Ils restèrent au contraire dévoués à la France comme en 1914, en Algérie comme au sud du Sahara.

Les Algériens embrigadés par le gouvernement dans le civil pour travailler soit dans les usines de guerre soit dans des entreprises privées représentent un autre regard, une autre vision de la France et des Français, une autre conscience, sans doute moins idyllique des rapports Français-Algériens. G. Meynier dans son analyse aboutit à la conclusion que la guerre a été un puissant révélateur d'identité et nous fait assister tout au long du premier conflit mondial, à la naissance de la conscience identitaire chez les Algériens. Ainsi, au tout début de la guerre, les soldats algériens recrutés et fraîchement déversés sur le front se désignaient eux-mêmes comme «indigènes». En 1916-1917, ils sont «Arabes», se reconnaissent et s'identifient comme tels. A l'extrême fin du conflit, en 1918, ils deviennent « Algériens ». Mais selon G. Meynier, ce terme d'Algérien ne s'impose vraiment que dans l'entre-deux guerres.

Malgré tout, un fait d'importance reste à considérer : c'est que ces soldats algériens lorsqu'ils rentrent chez eux se mettent à réclamer pour leurs enfants le droit d'accéder à l'école française. Détail hautement significatif. Les intellectuels de la « Jeune Algérie » proclament haut leur idéal d'assimilation. Cependant, sur le terrain même en Algérie, l'après-guerre est lourd de désenchantement, de désillusion, et ce sera aussi l'un des moments privilégiés de l'analyse des relations entre les Français d'Algérie, et les Algériens de souche. G. Meynier en présente quelques épisodes marquants. Fraîchement rentrés du front, les « tirailleurs » sont bien à ranger parmi « ceux qui ont des droits sur nous » pensent et affirment les Français d'Algérie. Mais très vite, le naturel reprenant le dessus, les expressions évoluent (sans doute les sentiments aussi)... selon les cas ; c'est dès le printemps de 1919 note Meynier, que les références à « nos frères indigènes » ou à « nos compatriotes musulmans » disparaissent. Les éloges progressivement ne s'adressent plus qu'aux « tirailleurs » puis à nos « turcos ». Vers la fin de l'année 1919, un nouvel esprit « révisionniste » fait son apparition. On commence à minimiser la « contribution algérienne à la défense de la France » et tout bascule dans la franche hostilité entre les deux communautés française et musulmane à partir du début des années vingt selon Meynier qui affirme : « A ce moment, on assiste à une campagne de presse et à une mobilisation de la bourgeoisie coloniale d'une violence qui ne sera égalée qu'en 1936 au moment du projet Violette ». On constate qu’en fait rien n’a changé.

 

 (Note : en réalité le projet Blum-Violette. Maurice Violette, ancien gouverneur général de l'Algérie, membre du gouvernement du Front Populaire en 1936 a donné son nom à ce projet qui prévoyait d'accorder le droit de vote à 22 000 algériens, mais ce projet échoua.).

 

 

Au sud du Sahara on retrouve un peu la même situation.

À leur retour les combattants africains ont été bien accueillis par leurs proches et par l’administration coloniale. Mais les promesses faites ne sont pas, là non plus, respectées. Ces anciens combattants n’ont jamais eu de pension de guerre comme les soldats français. Ils n’ont reçu qu’une prime de démobilisation peu importante. Malgré tout, cela a fait de certains, les plus riches du village et donc enviés.

À côté de cela, beaucoup sont fiers et admirés d’avoir été en France et de « baragouiner » le français.
Mais en définitive ils restèrent « indigènes ».

Ceux qui sont rentrés à partir de 1919 reviennent effectivement avec des habitudes nouvelles et un état d'esprit nouveau. Pouvait-il en être autrement ? Ces hommes sont doublement marqués, par la guerre d’abord mais aussi par le contact et l'expérience de la Métropole qu'ils ont découverte pour la première fois de leur existence. Le grand souhait de l'Administration coloniale, c'est que ces hommes, rentrés au logis originel soient rapidement « réabsorbés » par leur milieu.

Mais une analyse fine de leurs réactions à leur retour doit prendre en compte un certain nombre de facteurs parmi lesquels, en tout premier lieu, le mode et les conditions de leur recrutement dans l'armée française. Comment ils ont été « livrés » aux Blancs et sacrifiés ; car, être recruté, être déclaré apte, bon pour le service des armes signifiait dans la mentalité collective africaine, l'octroi d'un biller simple, sans retour. De ce fait, ceux qui sont partis étaient pour la plupart des marginaux, des captifs ou des gêneurs dont la société a pu ainsi se débarrasser à bon compte. Or ces hommes reviennent au village non seulement auréolés du prestige du combattant, mais aussi avec une série d'avantages matériels et de privilèges civiques. Le plus significatif est aussi qu'ils soient rentrés bardés de quelques certitudes, sommaires certes, mais révélatrices d'un choc mental, expression d'un passé, du vécu immédiat et du présent.

 

 

La prime de démobilisation offerte par la France, plus ou moins conséquente selon, les années de service mais aussi le nombre et l'importance des campagnes constitue la première marque distinctive qui sépare « l'Ancien Combattant » du reste de la population. Cette prime, même réduite à sa plus simple expression fait de l'ancien soldat un homme à part, un « possédant ». Ils font donc incontestablement figure de « privilégiés » au sein de leur communauté. Les mieux nantis à cet égard sont sans aucun doute les militaires de carrière qui rentrent après quinze années de service, bénéficiant ainsi d'une pension régulière. Le deuxième facteur à prendre en compte dans l'attitude des démobilisés vis-à-vis de leur milieu originel et de l'Administration coloniale réside dans ces avantages acquis. Leur réinsertion devait être facilitée par la création d'emplois réservés, notamment dans le chemin de fer qui se développait dans les colonies françaises au lendemain de la Première Guerre mondiale, également des postes administratifs sous-qualifiants. Mais seule une minorité d'anciens combattants purent en bénéficier effectivement car il fallait savoir lire et écrire le français. Les moins qualifiés trouvent tout de même parfois des emplois à leur mesure comme celui de « garde-cercle » vers lequel beaucoup vont se tourner, de « planton » ou gardien des édifices officiels pour lesquels il n'était guère indispensable d'être expert en français.

Dans l'ensemble, cette minorité constituera une couche sociale nouvelle, celle de petits fonctionnaires africains subalternes qui seront des agents de l’acculturation, capables de se muer à l'occasion en agents de contestation — le fait que plus de 80% de ces mobilisés soient analphabètes a singulièrement limité la portée de cette acculturation. Leur caractéristique essentielle fut d'être soustraits au régime de « l'indigénat »(1) c'est-à-dire qu'en cas de délit, ils passent devant un tribunal de statut français avec droit à la défense, contrairement au simple « tribunal » du commandant de cercle (2)

 

Organigramme de l’administration coloniale

***

Quel privilège pour l’ancien combattant que de pouvoir passer devant le tribunal français qui offrait la garantie de la défense en permettant le recours aux services d’un avocat, évitant ainsi les griffes de l’interprète et l’humiliation infligée par le commandant, car il était courant que ces jugements soient ponctués de gifles, de coups de pieds ou de bâton qui précédaient l’emprisonnement ou l’amande. Tel était le principe de l’indigénat.

 

 

Les anciens combattants furent — et c'est sans doute le plus important — dispensés de ce qu'on appelait pudiquement à l'époque les « prestations », c'est-à-dire le travail forcé auquel étaient assujettis tous les indigènes. Ils obtinrent par la suite l'extension de ce « privilège » à leur famille.

Ces démobilisés coloniaux, quoique réputés frondeurs sont restés loyaux dans l'ensemble vis-à-vis de l'Administration coloniale à laquelle ils fournissaient auxiliaires et agents bénévoles. Ainsi, les premières victimes du retour des Anciens Combattants furent non point l'Administration coloniale, mais les autorités traditionnelles et l'ordre traditionnel. Beaucoup d'anciens soldats, pour échapper à l'ancienne tutelle, tenteront de devenir chefs eux-mêmes. Quasiment tous, grâce à leur prime de démobilisation ou à leur pension et à l'aura que cela conférait, purent passer outre les conventions sociales ancestrales, s'affranchir de la pression morale des aînés, des « anciens », se marier sans tenir compte de la volonté et des intérêts du clan ou du lignage (ou tentèrent de le faire). Nombre d'entre eux, notamment les anciens captifs ne souhaitaient pas retourner dans leur village, soit qu'ils ne souhaitaient pas retrouver leur ancien statut, soit qu'ils avaient acquis de nouvelles habitudes de vie qui les poussaient à s'installer dans les villes. Ce fut surtout le cas des militaires de carrière. La morphologie et la toponymie de certaines villes d'Afrique en portent la marque. De nouveaux quartiers surgirent de terre, expression d'une nouvelle sociologie. C'est le cas de Quinzambougou dans la périphérie de la ville de Bamako au Mali (traduction du bambara : quartier des 15 ans de carrière, créé au début des années 1920-1930). Ces Anciens Combattants s'installèrent donc en ville où ils tentèrent d'occuper des emplois correspondant aux spécialités et compétences acquises dans l'armée en plus des emplois subalternes offerts par l'Administration coloniale.

Pour ceux qui ont purement intégré leur communauté d'origine, la vie fut souvent émaillée de heurts multiples et incessants avec les  anciennes  coutumes pour celui qui a connu «  le monde ».

 

 

Ceux qui restent au service de la France sont dispersés en Europe, Allemagne, Grèce… pour combattre.

  • En Allemagne, car ce pays ayant refusé de payer les  réparations  dues à la France par le traité de Versailles, la France décide d’occuper la Ruhr afin d’en exploiter ses richesses et ainsi se payer elle-même.

Les Allemands ont très mal pris ce coup de force des Français et surtout d’être occupés par une armée noire. (Voir le livre La Honte noire de Jean-Yves Le Naour).

La « Honte noire » évoquée par Hitler dans Mein Kampf, reprendra vigueur sous le régime nazi.

              En Grèce, au nom de la France, ils doivent aider les républicains à combattre la monarchie

Ces soldats noirs sont aussi utilisés en France comme force de répression des grandes grèves, ainsi à Nice en 1947.

 

 

¤ Comment ont-ils été recrutés ? Volontaires ou contraints ?

Le mode de recrutement des tirailleurs variait selon une série de critères, même si aucun soldat africain ne pouvait se rendre en Europe ou en France sans avoir suivi un rituel des plus strictes, le nombre de soldats appelé à se rendre en Europe, étant déterminé d’avance, selon la demande des autorités militaires et de l’État français. Le nombre de soldats recrutés dépendait strictement des besoins de combattants, d’où la fluctuation du nombre. Mais, ce qui demeure immuable, c’est le parcours de recrutement effectué par le futur soldat qui doit franchir un à un les différents échelons de l’administration coloniale, comme représenté sur le schéma ci-dessus, parcours inverse des ordres venus d’en haut.

La plupart des soldats africains étaient recrutés par réquisition et non par conscription, l’état civil étant alors quasiment inconnu dans les colonies françaises (et ne fit pas partie non plus du legs de la France à l’Afrique au moment de l’indépendance).

 

 

Après la Première Guerre mondiale (1914-1918), une autre guerre mondiale, la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945). Comme en 1914, la France fit appel à ses colonies et les tirailleurs fraîchement recrutés, prirent le chemin de la métropole dans la gaîté, en chantant :

« C’est nous les Africains
Nous venons des colonies
Pour sauver la Patrie.
Nous avons tout quitté,
Parents, gourbis, foyers
Et nous gardons au cœur
Une invincible ardeur
Car nous voulons porter haut et fier
Le beau drapeau de notre France entière ;
Et si quelqu’un venait à y toucher,
Nous serions là pour mourir à ses pieds.
Battez, tambours, à nos amours
Pour le pays, pour la Partie,
Mourir au loin, c’est nous les Africains. »

                                  (Hymne de la 3e division d’infanterie algérienne pendant la 2e Guerre mondiale).

 

 

 

Notes :

1-« privilège » aboli du temps de l’État Français sous Vichy.
2- Terme désignant l'administrateur français à la tête de la circonscription administrative appelée cercle. À l'échelon immédiatement inférieur, se trouvait l'administrateur chef de subdivision ou commandant de la « subdivision » également français.  Le pouvoir de l’un et de l’autre était sans bornes sur les populations.) (Voir organigramme)

 

 

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2021 7 28 /11 /novembre /2021 10:33

 

APRÈS L’ARMISTICE DU 11 NOVEMBRE 1918
LA FRANCE (2)

 

Monument aux morts

****

> Rappel : même si le traité de Versailles lui permet de satisfaire son principal but de guerre, la France sort  meurtrie de ce conflit, voire triplement meurtrie et affaiblie :

  • Des dégâts et ruines considérables
  • Une population gravement saignée
  • Un pays appauvri et lourdement endetté

> Comment se reconstruire ?

Avec des dégâts aussi lourds ?
Avec une population si fortement diminuée (tant de morts, de blessés, de mutilés) ?
Sans argent ?

Au départ la France a beaucoup compté sur les sommes que l’Allemagne devait lui payer au titre des réparations fixées par le  traité de Versailles.
Le leitmotiv des responsables de l’époque pour exécuter les travaux était : « Quand l’Allemagne paiera… »

Or la France attendit en vain, l’Allemagne refusant de payer les réparations.

 

 

 > Incidences de la guerre sur la population française

Celle-ci est, en gros, divisée en deux : les gagnants et les perdants.

  • Les perdants : essentiellement les rentiers et ceux appelés les profiteurs de guerre, c’est-à-dire tous ceux qui ont tiré profit de la situation : fournisseurs divers de l’armée, commerçants ayant fortement augmenté leurs prix, les propriétaires augmentant les loyers…
  • Les gagnants : ceux qui ont pu se reconvertir à temps en transformant les productions ou service pour l’armée en service pour la société civile :

Exemple :

-les transports militaires reconvertis en moyens de transport civils
-les avions de combat transformés en avions de transport pour les civils

 

défilé des gueules cassées

> Innovations diverses

  • En médecine :

-progrès importants en chirurgie pour redonner un « visage acceptable » aux « Gueules cassées » et autres blessés de guerre. Ces progrès seront utilisés pour les civils.
-inventions de divers prothèses pour les blessés de guerre, également utilisés ensuite pour les civils.

 

  • Les villes et villages se couvrent de monuments aux morts avec le plus souvent inscriptions des noms de ceux qui sont tombés au front.
  • Sur le plan social la fin de la guerre marque le début d’une nouvelle époque :

-Les anciens combattants se constituent en associations qui revendiquent considération et avantages divers.
-les femmes revendiquent de nouveaux droits dont le droit de vote qui leur sera refusé (contrairement à la Grande-Bretagne où les femmes ont obtenu le droit de vote dès la fin de cette guerre).

Des associations de femmes se constituent pour manifester et revendiquer leurs droits, telles les suffragettes. Elles revendiquent aussi le droit de s’habiller comme elles le désirent, notamment en costume d’homme, par exemple les garçonnes.

 

C’est le début de la longue marche des femmes françaises pour leur émancipation, lutte commencée dès la Révolution de 1789. (Voir articles du blog : « La longue marche des femmes françaises pour l’égalité hommes-femmes » du 26-11-2017 au 02-01-2018)

 

Une garçonne

La nouvelle époque que connaît le pays fait le lit de la presse et des artistes. Toute une littérature naît de cette époque, comme dans Le Cheval d’orgueil de PJ Hélias où l’on voit un héros de guerre de retour chez lui face à son épouse, une situation vécue par beaucoup de combattants de retour chez eux.

 

« Ceux dont la femme a eu la charge de tout pendant quatre ans ont plus de mal à reprendre le train d’avant. Il leur faut de nouveaux s’imposer à leur place. Et la femme a pris de telles habitudes a tellement peiné nuit et jour qu’elle abandonne difficilement ses prérogatives. Quelques héros couverts de médailles n’arriveront jamais plus à commander. » (P Jakez Hélias, Le Cheval d’orgueil, Plon)

 

Des chansonniers se sont aussi inspirés de ce thème, en reprenant des chants populaires comme le suivant :

 

« Brave marin revient de guerre, tout doux
Tout mal chaussé, tout mal vêtu
Brave marin, d'où reviens-tu, tout doux

Madame, je reviens de guerre, tout doux
Qu'on apporte ici du vin blanc
Que le marin boive en passant, tout doux

Brave marin se met à boire, tout doux
Se met à boire et à chanter
Et la belle hôtesse à pleurer, tout doux

Ah qu'avez-vous donc, la belle hôtesse, tout doux
Regrettez-vous votre vin blanc
Que le marin boit en passant, tout doux

C'est pas mon vin que je regrette, tout doux
Mais c'est la mort de mon mari
Monsieur vous ressemblez à lui, tout doux

Ah dites-moi, la belle hôtesse, tout doux
Vous aviez de lui trois enfants
Et j'en vois quatre à présent, tout doux

On m'a écrit de ses nouvelles, tout doux
Qu'il était mort et enterré
Et je me suis remariée, tout doux

Brave marin vida son verre, tout doux
Sans dire un mot, tout en pleurant
S'en retourna à son bâtiment, tout doux

Tout doux
      Tout doux… »

 

 

En définitive si la France sort de la 1ère Guerre mondiale ruinée et blessée, elle a un espoir cependant : son vaste empire colonial sur lequel, disait-on, le soleil ne se couche jamais ; et surtout sa partie africaine que le colonel Mangin, présentait comme « un réservoir inépuisable d’hommes, de combattants, de produits naturels et de travailleurs ».

Le traité de Versailles n’est pas l’unique traité qui a contribué à changer la carte de l’Europe. il y eut deux traités importants, le traité de Saint-Germain-en-Laye (10 septembre 1919) et le traité de Sèvres (10 août 1920) qui consacrent le démantèlement des Empires centraux et la naissance de la nouvelle carte de l’Europe.

 

Quant au traité de Versailles lui-même, il fit des mécontents selon les points de vue ou jugements suivants :

 

Un Français : « Le traité n’est pas fameux ; je suis tout prêt à le reconnaître. Mais, et la guerre, a-t-elle été fameuse ? Il a fallu quatre ans et je ne sais combien de nations pour venir à bout de l’Allemagne. […] Vingt fois pendant la guerre, on a cru que tout était fini. […] Or la France sort de là vivante, son territoire reconstitué, son empire colonial agrandi, l’Allemagne brisée, désarmée. » (G. Clemenceau, 1928)

 

Un Allemand : « Jamais n'a été infligée à un peuple, avec plus de brutalité, une paix aussi accablante et aussi ignominieuse [...]. Une paix sans négociations préalables, une paix dictée comme celle de Versailles, c'est comme quand un brigand renverse à terre un malheureux et le contraint ensuite à lui remettre son porte-monnaie. » (B. von Bülow, Mémoires, 1931)

 

Un Anglais : « Le traité ne comprend nulle disposition en vue de la restauration économique de l'Europe [.,.], rien pour organiser les nouveaux États ou sauver la Russie. La paix mènera l'Europe souffrante jusqu'au bord de la ruine et de la famine. Le but de Clemenceau était d'affaiblir l'Allemagne par tous les moyens possibles. » (J. M. Keynes, Les Conséquences économiques de la paix, 1919)

 

Quant à l’Italie, outrée de ne pas avoir obtenu tous les territoires désirés (les terres irrédentes), elle rappela son délégué qui quitta la réunion de Versailles en claquant la porte.

 

La nouvelle carte de l’Europe après la 1ère Guerre mondiale

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2021 7 14 /11 /novembre /2021 09:39
APRÈS L’ARMISTICE DU 11 NOVEMBRE 1918
LA FRANCE (1)

Arras : 80% de la ville rasés pendant la 1ere Guerre mondiale

Après une belle victoire, un pays quasi totalement ruiné
À reconstruire

 

Une guerre totale aux conséquences lourdes pour la France et pour l’Europe

En France, les lendemains de guerre ne chantent guère, et pour cause !
Pour l’essentiel, c’est sur le sol de France que les combats se sont déroulés. Le Nord-est du pays en particulier, mais partout, les destructions sont impressionnantes, les dégâts considérables : cultures détruites, ponts brisés, maisons  et usines détruites… bref, un véritable spectacle d’horreur jamais vu dans ce pays.

De tous les belligérants, la France est celui qui a le plus souffert, de loin celui qui a subi les destructions les plus nombreuses et les plus spectaculaires.
Quelques chiffres : au lendemain de la guerre on compte 312 000 immeubles détruits et 500 000 endommagés, 3 millions d’hectares cultivé désormais hors d’usage, 54 000 km de routes, 8 000 km de voies ferrées et de ponts inutilisables…
La reconstruction du pays sera longue et difficile.

De plus, c’est le pays qui connaissait depuis le XIXe siècle un déficit des naissances assez préoccupant.

Bilan humain de la 1ère Guerre mondiale

D’après le bilan ci-dessus, sur le plan démographique, la France figure parmi les pays les plus touchés (surtout comparée à l‘Allemagne). Sur les 200 000 combattants africains d'AOF et AEF engagés auprès de l’armée française, 15% sont morts pour la France.
D’autre part, la France sort de cette guerre fortement endettée auprès des États-Unis qui ne vont pas tarder à exiger le paiement de cette lourde dette.

Avant cette guerre, la France comptait parmi les nations les plus puissantes d’Europe et du monde.
Auréolée par la révolution de 1789 et ses effets en Europe et dans le monde, la France jouissait d’un respect universel, mais aussi d’une admiration certaine.
Elle était aussi considérée pour son empire colonial qui s’étendait sur les quatre continents et auquel elle fit appel pour l’aider dans cette guerre.

Les combattants africains (faussement appelés), les Tirailleurs Sénégalais, s’étaient rendus en France en masse, avec un dévouement qui surprit beaucoup d’Européens. En effet, considérant la France comme la « Mère Patrie », ils se plièrent à toutes ses demandes de fournitures (en hommes pour combattre et travailleurs pour les besoins de l’industrie de guerre française.

T.W Wilson (1856-1924)

Comment mettre fin à cette guerre ?

Thomas Woodrow Wilson, président des États-Unis (de 1913 à 1921), est à l’origine d’un plan de sortie de guerre. Il a eu l’idée de préparer une rencontre des principaux protagonistes de cette guerre en un lieu, on ne peut plus symbolique, Versailles.
Il a envoyé une lettre à toutes les nations ayant pris part à ce conflit, pour leur demander de lui adresser leur but de guerre. Il a commencé par leur envoyer le but de guerre de son pays.

 

  1. Renoncent à la diplomatie secrète
  2. Assurent la liberté des communications maritimes
  3. Renoncent aux barrières économiques (prône la coopération entre états pour réduire conflits
  4. Des garanties adéquates à donner et à prendre afin que les armements nationaux soient réduits au plus petit point possible compatible avec la sécurité intérieure.
  5. Rééquilibrent les empires coloniaux
  6. Les Allemands évacuent les territoires russes qu'ils occupent depuis la fin de 1917
  7. Les Allemands évacuent la Belgique
  8. Les Allemands évacuent les régions qu'ils occupent en France et restituent l'Alsace –Lorraine.
  9. Les frontières italiennes, en particulier dans les Alpes sont rectifiées afin de correspondre au peuplement des régions concernées (surtout aux dépens de l'Autriche)
  10. Les différents peuples non-autrichiens ou hongrois rassemblés dans l'empire d'Autriche-Hongrie deviennent plus autonomes
  11. Les Autrichiens, les Allemands et les Bulgares évacuent les territoires qu'ils occupent en Roumanie, en Serbie et au Monténégro. La Serbie disposera d'un accès à la mer Adriatique.
  12. Les peuples non-turcs de l'empire ottoman deviennent plus autonomes. Le libre passage des détroits turcs du Bosphore et des Dardanelles est garanti
  13. La Pologne est recréée et doit disposer d'un accès à la mer Baltique.
  14. Les vainqueurs créeront une Société des Nation (SDN), organisation internationale chargée de maintenir la paix dans le monde en arbitrant les conflits entre États.

But de guerre des États-Unis en 14 points présenté par Wilson

La date et le lieu de la conférence ont été fixés au 18 janvier 1919 à Paris afin de préparer la signature d’un traité de paix : le traité de Versailles.
Bien que la conférence soit présidée par Clemenceau, c’est le président des États-Unis, Wilson, qui joua le rôle le plus important et prit les décisions majeures.

L’Allemagne s’opposa vivement au traité signé qu’il qualifia de Diktat.

La plupart de ces 14 points aboutirent à une transformation mondiale importante avec la création de la Société des Nations (SDN), (devenue l’Organisation des Nations unies (ONU) après la 2e Guerre mondiale)), dont l’objectif était la discussion libre des problèmes du monde afin d’aboutir à un règlement pacifique des désaccords entre nations, pour éviter la guerre.

Par ailleurs le traité aboutit à une transformation quasi complète de la carte de l’Europe.
La France récupère l’Alsace-Lorraine même si toutes ses demandes ne sont pas satisfaites.
L’Allemagne a perdu beaucoup de territoires parce qu’elle est considérée comme la seule responsable de cette guerre. De plus elle est condamnée à payer de lourdes réparations. Elle trouve ce traité injuste.

Europe avant 1ère Guerre mondiale

 

Une nouvelle carte de l’Europe

Comme pour la France, la 1ère Guerre mondiale a eu des conséquences très importantes sur l’ensemble de l’Europe.

Les grands empires sont démantelés : empire allemand, Autriche-Hongrie, empire ottoman, empire russe (la Révolution russe déclenchée en 1917 continue pour devenir l’Union Soviétique) et sur les dépouilles de ces grands « empires centraux », de nouveaux États apparaissent : Tchécoslovaquie, Hongrie, Pologne…

Globalement l’Europe divisée est affaiblie au lendemain de la  Première Guerre  mondiale.

 

La nouvelle carte de l’Europe après la 1ère Guerre mondiale

 

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2021 7 07 /11 /novembre /2021 09:31

 

 

AVANT L’ARMISTICE DU 11 NOVEMBRE 1918
LA FRANCE

 

 

Pour la première fois dans l’Histoire, une Guerre mondiale !

 

 

Une Guerre  mondiale et une guerre totale : c’est une guerre qui occupe le quotidien, qui concerne toute la population, mobilise tout dans le pays et tout le monde : hommes, femmes, les bras et les esprits, les cerveaux, les économies…

 

Infirmières françaises au Front, 1914-1918

 

Les femmes dans la guerre, un dévouement et une ardeur sans précédent

Appel aux femmes

 

AUX FEMMES FRANÇAISES,

La Guerre a été déchaînée par l'Allemagne, malgré les efforts de la France, de la Russie et de l'Angleterre pour maintenir la paix.
         A l'appel de la Patrie, vos pères, vos fils et vos maris se sont~ levés et demain ils auront relevé le défi.
         
Le départ pour l'armée de tous ceux qui peuvent porter les armes laisse les travaux des champs interrompus ; la moisson est inachevée ; le temps des vendanges est proche.
         
Au nom du Gouvernement de la République, au nom de la Nation tout entière groupée derrière lui, je fais appel à votre vaillance, à celle, des enfants que leur âge seul et non leur courage dérobe, au combat.
         
Je vous demande de maintenir l'activité des campagnes, de terminer les récoltes de l'année, de préparer celles de l'année prochaine.
      
Vous ne pouvez pas rendre à la Patrie un plus grand service. Ce n'est pas pour vous, c'est pour elle que je m'adresse à votre cœur.
       
Il faut sauvegarder votre subsistance, l'approvisionnement des populations urbaines et surtout l'approvisionnement de ceux qui défendent à la frontière, avec l'indépendance du pays, la civilisation et le droit.
       
Debout donc, femmes françaises, jeunes enfants, filles et fils de la Patrie. Remplacez sur le champ du travail ceux qui sont sur les champs de bataille, préparez-vous à leur montrer demain la terre cultivée, les récoltes rentrées, les champs ensemencés !
        Il n'y a pas dans ces heures graves de labeur infime. Tout est grand qui sert le pays. Debout, à l'action, au labeur ! Il y aura demain de la gloire pour tout le monde.

Vive la République ! Vive la France !

 

 

Les femmes répondent massivement à l’appel de la nation

Mobilisation des femmes

 

Pour répondre à l’appel du gouvernement français les femmes sortent et occupent tous les postes de travail jusque-là dévolus principalement aux hommes partis au Front. Elles sont partout : dans les bureaux, dans les champs, dans les usines, particulièrement les usines de guerre, au Front aussi…   (Voir article du blog du 06 janvier 2018, La longue marche des femmes françaises pour l’égalité hommes-femmes (3)).

Tirailleurs montant au front, 1918.

 

L’appel de la France à ses colonies d’Afrique

À l’appel du gouvernement de la France, la première réaction des colonisés français d’Afrique, fut une énorme surprise, car ils avaient toujours cru que la France était invincible, quelque soit l’ennemi.

Le moment de surprise passé, ils se mirent vite en route, après les formalités et les derniers conseils prodigués par les émissaires français.

Ils entrèrent dans la guerre avec enthousiasme et dévouement. Le loyalisme et l’exemplarité de ces combattants africains, de même que la rapidité de leur adaptation en France, puis leur intégration facile dans l’armée, étonnèrent plus d’un en France

Le dévouement exemplaire de ces soldats venus de loin, qui ne fut jamais démenti durant toute la guerre, s’explique sans doute par les belles promesses que les responsables français leur avaient faites.

L’émissaire spécial de Georges Clémenceau leur a maintes  fois promis de la part de ce dernier : « Engagez-vous dans l’armée et vous aurez la citoyenneté française. » ou encore « la fin de l’indigénat (1) après la guerre ».

[Note (1) : Indigénat : ensemble de règlements très répressifs destinés aux seuls indigènes. Au nom de ces règlements l’indigène n’a aucun droit ; il ne peut être jugé selon les lois françaises. Dans le jugement le concernant, on ne tient aucun compte de l’individu, des lois, encore moins de la séparation des pouvoirs. C’est l’arbitraire le plus absolu aux mains du colon, qui permet de traiter l’indigène comme un esclave.]

 

Tirailleurs sénégalais

Les crises  de 1917

En France, l’année 1917 est une  année charnière, un tournant important de la Première Guerre mondiale.

La lassitude des soldats se fait sentir. L’impatience gagne les troupes et le pays tout entier, au Front et à l’arrière (les civils). Partout la même question : quand va-t-on en finir ?

Au Front, les soldats impatients grondent et grognent. Certains s’en prennent à leurs chefs qui « les entrainent à la  boucherie ». Ils n’en peuvent plus. C’est la révolte dans les rangs.

 

Du 152e régiment d'infanterie, 25 mai 1917:

Ça ne va plus, nous devions attaquer ce soir, mais les déserteurs sont trop nombreux et on ne sait s'ils se dirigent chez nous ou chez les Boches qu'ils pourraient renseigner sur les opérations que nous devons faire [...]. Au 152e, une compagnie s'est débinée et d'autres régiments qui sont avec nous ont mis les voiles. Comme ça, la guerre finira, car ce n'est pas rigolo d'aller faire une attaque sur le plateau de Craonne. Ce n'est plus une guerre, c'est un massacre complet. Je te dirai qu'en ce moment, tous les combattants en ont marre de l'existence, il y en a beaucoup qui désertent.  (Cité par G. Pedroncini, Les mutineries de l'armée française, Gallimard, 1968.)

Le mécontentement des soldats

La lassitude se lit sur les visages

 

Dans la tourmente de 1917, le président du Conseil, Georges Clemenceau, rend visite aux soldats dans les tranchées pour les soutenir.

Pendant cette même année 1917, se développe l’expression significative : « le bourrage de crâne » : des propagandes mensongères parues dans certains journaux destinées à masquer les réalités de l’armée française au Front.

 

«L'inefficacité des projectiles ennemis est l'objet de tous les commentaires. Les shrapnells éclatent mollement et tombent en pluie inoffensive. Quant aux balles allemandes, elles ne sont pas dangereuses : elles traversent les chairs de part en part sans faire aucune déchirure. » (L’Intransigeant, août 1914)

Exemple de bourrage de crâne

Causes et manifestations des crises de 1917

« La cause fondamentale des troubles est la lassitude d’un interminable conflit. Elle atteint les soldats durement éprouvés par la guerre des tranchées. Elle touche à l’arrière des populations atteintes par les effets du blocus ou de la guerre sous-marine. Il faut rationner les produits alimentaires, de même que le charbon réservé aux industries de guerre. L’impasse militaire et la détérioration de la situation sociale font douter de l’utilité de poursuivre le conflit… » Tous les belligérants connaissent en 1917 des moments d’indiscipline militaire.

Ces secousses de l’armée atteignent également les troupes des colonies engagées dans le conflit.

Les secousses de cette année 1917 ont des répercussions dans maints domaines, y compris dans le gouvernement général de l’AOF, peu de temps après l’arrivée à la tête de l’importante « Afrique Occidentale Française » du jeune et brillant Van Vollenhoven.

Depuis sa nomination comme gouverneur général de l’AOF, van Vollenhoven n’a cessé d’adresser des rapports au gouvernement français sur « l’état de misère » des autochtones, le mettant en garde contre la méthode brutale des recruteurs envoyés en Afrique, précisément en 1917. N’ayant pas été écouté, il démissionne de son poste et demande son retour dans l’armée ce qu’on lui accorde. Mortellement blessé, il meurt, à 40 ans ! (Voir article du blog du 31 octobre 2021, JOOST VAN VOLLENHOVEN, UN COLONIAL BRILLANT ET HUMANISTE).

Soldats de l’armée française (Le Petit Journal, 1919)

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2021 7 31 /10 /octobre /2021 11:30

Joost Van Vollenhoven (1877-1918)

JOOST VAN VOLLENHOVEN, UN COLONIAL BRILLANT ET HUMANISTE

« Un esprit sain dans un corps sain » :

(citation tirant sa source de la 10e des 16 satires de Juvénal.
Juvénal est un poète romain (fin1er-début 2e S).

 

 

Van Vollenhoven est officier et administrateur colonial français. Il est issu d’une famille néerlandaise protestante aisée, installée en Algérie (alors possession française).

Joost van Vollenhoven est le deuxième enfant de la famille ; né en 1877 à Rotterdam et mort en 1918 à Montgobert.

Considéré comme un garçon calme, simple, posé, intelligent.

 

Très tôt il est attiré par la mer et fait le tour du monde en voilier comme pilotin. De cette expérience lui vient sa vocation coloniale. Il manifeste aussi une grande soif de connaissance et s’inscrit à la faculté de droit d’Alger, après de brillantes études au lycée. Il maîtrise plusieurs langues : allemand, anglais, hollandais.

En 1903 il présente avec succès, une thèse de doctorat dont le thème porte sur les Fellahs algériens, intitulée « Essai sur le fellah algérien ».

Il y dénonce déjà une structure administrative trop lourde, lente et rigide.

 

Il demande et obtient la nationalité française en 1899, à 22 ans.

 

Après un an de service militaire au 1er régiment de zouaves, il intègre l’École coloniale dont il sort major et où il sera professeur, avant  d’être nommé à sa direction deux ans plus tard.

Il occupe plusieurs postes dans l’administration : secrétaire général au ministère des Colonies, puis directeur des Finances.

Il est nommé gouverneur en Guinée, au Sénégal, puis devient chef de cabinet d’Adolphe Messimy (ministre des colonies) puis d’Albert Lebrun (futur président de la République), avant de devenir gouverneur général d’Indochine.

 

Il reçoit la Légion d’honneur à titre civil en 1912, puis à titre militaire par la suite.

 

Après s’être distingué à la guerre, il est nommé gouverneur général de l’AOF (Afrique Occidentale Française) en 1917 et prend ses fonctions à Dakar.

Pour mener à bien son œuvre il s’attaque à la bureaucratie coloniale dont il dénonce l’incurie et la brutalité  à l’égard des indigènes.

 

« Il instaure une doctrine basée sur une décentralisation poussée et le développement de rapports étroits entre le chef colonial et ses administrés. Enfin, il pousse à l’établissement d’un maillage d’intermédiaires indigènes, judicieusement choisis en respectant les traditions hiérarchiques des sociétés préexistantes. Cette rénovation achevée, les résultats ne se font pas attendre et les cargos chargés à ras bord de matières alimentaires et premières quittent régulièrement le port de Dakar en direction de la métropole. Au-delà ce cette tâche ponctuelle qui prendra fin au terme des hostilités, van Vollenhoven voit plus loin et souhaite faire de l’AOF un acteur efficace de la lutte économique qui dominera les années de l’après guerre. Conscient de la richesse du territoire, il est persuadé qu’après un effort d’investissement dans le développement des infrastructures, il est possible d’atteindre un tel résultat dans des délais raisonnables. Sensible aux responsabilités humaines qu’implique sa fonction, il fait du développement de l’instruction publique, une de ses priorités. Il veille également à l’éclosion de sociétés indigènes de prévoyance, de secours et de prêts mutuels agricoles permettant aux administrés de travailler plus sereinement mais aussi plus efficacement. » (Romain Sertelet, https://verdun-meuse.fr

 

Les choses se gâtent assez rapidement, car Van Vollenhoven est très sensible à la misère des indigènes et aux méthodes de recrutement des envoyés de la Métropole, surtout à partir de 1917. Il le fait savoir à Paris et adresse un premier courrier à André Maginot ministre des colonies, en juillet :

 

« Les opérations de recrutement qui ont eu lieu de 1914 à 1917 en AOF ont été excessives dans leurs résultats comme dans leurs méthodes... Aucun nouveau recrutement n'est possible tant que la Colonie ne sera pas complètement en mains et que la population n'aura pas repris une suffisante confiance en nous pour ne plus redouter les abus du récent passé. »

 

Puis en septembre 1917 à René Besnard, successeur de Maginot au ministère des colonies :

« Je vous supplie, Monsieur le Ministre, de ne pas donner l'ordre de procéder à de nouveaux recrutements de troupes noires. Vous mettriez ce pays à feu et à sang. Vous le ruineriez complètement et ce, sans aucun résultat. Nous sommes allés non seulement au-delà de ce qui était sage, mais au-delà de ce qu'il était possible de demander à ce pays. »

 

Outre la dimension humaine, les intérêts économiques des maisons commerciales bordelaises et marseillaises, privées de main-d’œuvre, ont sûrement pesé sur la prise de position du nouveau gouverneur.

 

Van Vollenhoven ayant consulté ses gouverneurs, ceux-ci lui font savoir qu’une nouvelle conscription ne pourrait se faire que par la force.

Il a aussi demandé l’avis de certaines personnalités : Jules Carde, futur gouverneur général de l’AOF, Maurice Delafosse, ethnologue.

 

Pourtant Clemenceau, Président du Conseil, décide de reprendre le recrutement indigène en 1917 L’état major aux abois venait de faire savoir au gouvernement que l’armée «  est en déficit grave de 200.000.combattants, qu’il lui faut d’urgence pour faire face aux Allemands et à leurs alliés ». Pour cette mission, le président du Conseil fait appel à Blaise Diagne, premier député noir élu au Parlement, en 1914 et qu’il fait entrer à son cabinet. Il crée pour lui un  poste spécial : « le secrétariat d’État au recrutement », en le chargeant d’aller de toute urgence, recruter 40.000  hommes en Afrique. Blaise Diagne est ainsi envoyé en Afrique, chargé de la confiance du président du Conseil, et de promesses au nom  de la France. Cette importante mission est  baptisée «  Mission Blaise Diagne » qui connut un succès éclatant.

Blaise Diagne revint avec 77 000 hommes.

(Voir Blog article du 9-11-2014 : Blaise Diagne, un député noir au service de la France).

Informé de la mission Diagne en AOF et AEF, van Vollenhoven a une entrevue orageuse avec Clemenceau et, mécontent de cette décision, il démissionne en 1918 et revient sur le front avec le grade de capitaine. Il est grièvement blessé à la tête ; ramené à l’arrière, il meurt à Montgobert le lendemain, à 40 ans. Tel fut Van Vollenhoven, colonial et soldat, dominé par le sens du devoir.

Buste de Joost van Vollenhoven (ministère des Outre-mer)

Sur le mémorial sous lequel est enterré le capitaine Joost van Vollenhoven, dans la forêt de Longpont à Montgobert, est inscrite la citation à l’ordre du RICM et sa citation à l’ordre du régiment, décernée par le général Mangin en 1918, ci-dessous :

« Officier d’une valeur et d’une vertu antiques, incarnant les plus belles et les plus solides qualités militaires, mortellement frappé au moment où, électrisant la troupe par son exemple, il enlevait une position ennemies opiniâtrement défendue. À placer au rang des Bayard et des La Tour d’Auvergne, et à citer en exemple aux générations futures, ayant été l’un des plus brillants parmi les plus braves. »

 

En 1938, le président de la République, Albert Lebrun et son ministre de Colonies, Georges Mandel (futur gouverneur général de l’AOF), inaugurent ce monument.

 

Mausolée de Joost van Vollenhoven
 (œuvre de la sculptrice Anna Quinquaud)

Joost van Vollenhoven fut une figure populaire de l’épopée coloniale française. De nombreuses rues, places et établissements scolaires de l’ancienne AOF, portaient son nom. Si bien qu’aujourd’hui il est peut-être plus connu des Sénégalais que des Français.

Aujourd’hui encore des lieux publics et des écoles en Afrique comme en France portent son nom :

-Une avenue à Bamako, à Cotonou

-à Dakar, un monument dédié « aux créateurs de l’AOF et à la gloire de l’armée noire », comporte le médaillon de van Vollenhoven, outre d’autres personnages célèbres, tels Faidherbe et William Ponty.

- le célèbre lycée van Vollenhoven à Dakar….

Timbre › Joost van Vollenhoven (1877-1918) Indochine française

 

-square van Vollenhoven dans le 12e arrondissement de Paris.

-la salle d’honneur du RICM de Vannes, puis de Poitiers, est baptisée de son nom.

-la promotion 90/12 des élèves officiers de réserve de l’ESM Saint-Cyr Coëtquidan porte aussi son nom.

Le nom de Joost van Vollenhoven était peu connu en Algérie française mais son nom et celui de son frère Jacques, mort au champ d’honneur, ont été gravés sur le monument aux morts de Birmandreïs (Bir Mourad Raïs aujourd’hui) (banlieue d’Alger) et sur une plaque dans l’église.

 

Monument au capitaine Joost van Vollenhoven (Hanoï, Vietnam)

Pour en savoir plus : ANONYME, La vie lucide et passionnée de Joost Van Vollenhoven : Grand administrateur colonial, soldat héroïque, Paris, 1942.

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2021 6 11 /09 /septembre /2021 08:02

 

L’EMPREINTE JURIDIQUE SUR LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE

 

 

Le texte suivant, extrait de Aspects de la société française de Roger Perrot, est une réflexion sur ce qu’on appelle « l’esprit juridique des Français ».
En quoi l’esprit juridique français est-il caractéristique de la culture française ?

 

*****

Roger Perrot ((1920-2014) a été professeur émérite de l’Université Paris II. Il y a enseigné de nombreuses années les institutions judiciaires et le droit judiciaire privé, et a dirigé l’institut d’études judiciaires.
Avant cela il a enseigné, entre autres, à la faculté de Strasbourg.
Il a également été expert auprès du Conseil de l’Europe.

Quelques ouvrages : 

  • Institutions judiciaires
  • Aspects de la société française
  • Procédures civiles d’exécution

«  "La France, a écrit un sociologue allemand, est restée pétrie d'un esprit juridique qui en assure la permanence". Malgré nos crises politiques, malgré cette espèce d'insouciance et de légèreté en face des graves problèmes de l'heure présente, il est réconfortant d'observer que l'étranger, parfois mieux que nous-mêmes, sait discerner un élément de continuité dans la vie française. Et, pour un juriste, il est non moins encourageant de constater que c'est à l'empreinte juridique dont notre civilisation a été marquée que l'on doit attribuer la permanence de notre pays dans le concert des nations. »

 

 

 

L’esprit de justice une caractéristique de la culture française

 

« Ce n'est pas faire preuve d'un orgueil mal placé que de chercher à déceler, à travers le miroir de la société française, les symptômes d'une pensée juridique que certains admirent et que beaucoup nous envient. Car, en dépit des vicissitudes de son histoire, la France a toujours conservé le culte de la justice, et, si parfois on peut discuter sur la conception exagérément égalitaire qu'elle s'en fait, on ne peut nier son profond désir d'en assurer la réalisation en puisant aux sources de l'esprit juridique.

 

Si, en quelques mots, nous voulions décrire l'esprit juridique, nous dirions volontiers qu'il est un esprit de discrimination qui conduit au souci de la précision technique et à la recherche d'une définition rigoureuse et formelle des droits et des devoirs de chacun, en fonction d'une espèce de mathématique des concepts. Il ne faut pas oublier, en effet, que la réalité économique et sociale, dans sa vérité naturelle, est d'une complexité infinie. Et les juristes le savent mieux que quiconque, eux qui, chaque jour, font profession d'analyser des situations toujours dissemblables parce qu'elles se renouvellent sans cesse. Or, l'esprit juridique est celui qui, précisément, tend à enclore les multiples aspects du donné social dans un réseau de concepts suffisamment restreint et rigide pour cerner, avec toujours plus de précision, les contours diffus d'un monde qui, à raison même de sa diversité, tend à échapper à l'emprise des représentations intellectuelles. »

 

 

L’esprit juridique français inspiré de l’histoire nationale

 

« Au fond, celui qui cherche à rendre compte des rapports sociaux est un peu comparable à un opérateur de cinéma qui, pour traduire le mouvement, se voit contraint de saisir une succession d'immobilités. Si rapide que soit le déroulement des images fixes, la juxtaposition de ces différents clichés ne parvient à donner l'impression de la vie qu'au moyen d'un artifice qui en estompe les nuances et les demi-teintes. La déformation est peut-être minime, voire imperceptible... mais elle n'en existe pas moins. Ainsi, par exemple, l'ouvrier qui, dans une usine ou un atelier, travaille et peine pour répondre aux exigences de la vie quotidienne, tend à devenir, pour qui est imprégné de l'esprit juridique, une personne abstraite, contrat de louage de services, est tenu à certaines obligations, en même temps qu'il est titulaire d'une collection de droits minutieusement catalogués. On pourrait renouveler la même observation à propos du mariage. A travers le prisme réducteur des notions juridiques, les époux ne sont plus tellement des personnes qui s'aiment, se déçoivent ou se détestent, que des gens sans passion, étrangers à toute sensibilité, et qui, finalement, n'intéressent le juriste que par l'ensemble des devoirs réciproques qui leur sont imposés.

 

Ce n'est pas faire le procès de l'esprit juridique que de constater cette inévitable déformation qui, d'ailleurs, ne se présente le plus souvent que sous la forme d'une tendance. Cette relative objectivité, que traduit une déshumanisation plus ou moins prononcée, est consécutive à la nécessité d'asservir l'infinie diversité des situations à des normes précises, rigoureuses et formelles, car "jamais l'intelligence humaine ne saurait retenir et loger dans autant de cadres conceptuels adéquats les manifestations innombrables de la vie appelant réglementation". A cet égard, l'esprit juridique est comparable, en bien des points, à celui de l'écrivain qui ne parvient à décrire une image ou une pensée qu'au moyen d'une succession de mots standards, lesquels, si affinés soient-ils, ne restitueront toujours que le pâle reflet d'une réalité, stéréotypée à un moment précis de son évolution. Semblable aussi à l'esprit du musicien qui, pour traduire un sentiment ou une impression, doit superposer un certain nombre de notes, inertes et sans âme. C'est l'éternelle infirmité de la pensée humaine que de ne pouvoir appréhender le monde sensible qu'au moyen d'un ensemble de représentations conceptuelles. »

 

 

Souci de minutie dans le jugement aussi caractéristique de l’esprit français

 

« Et, à vrai dire, le danger réside moins dans cette constatation que dans un refus délibéré d'en prendre conscience. En effet, on ne peut se dissimuler les outrances d'une pareille logique qui conduit inévitablement à simplifier et à schématiser à l'excès les personnes et les choses. Sans doute est-ce grâce à cet heureux effet de "polarisation" que la pensée gagne en solidité et en profondeur ce qu'elle perd en nuances. Mais, quoi qu'il en soit, il n'en demeure pas moins que l'esprit juridique déteint très profondément sur les manières de raisonner et sur le comportement d'une société qui, comme la nôtre, a recueilli en partie l'héritage du monde juridique romain. Juristes ou non, tous, à des degrés divers, nous subissons cette emprise, parce que nous vivons dans une société qui — à la différence de certaines civilisations extrême-orientales — a conservé la marque d'une pensée logique et d'un esprit juridique très nettement accusé...

 

Dans ces conditions, et par un glissement insensible, il était fatal de voir poindre ce sentiment que le droit excuse tout, suffit à tout et justifie tout. Cette idée tend, de plus en plus, à devenir un véritable axiome, et, pour s'en convaincre, il n'est besoin que de songer au souci avec lequel les particuliers prennent la précaution de faire consigner leurs droits, et tous leurs droits, dans des écrits insipides et parfois mystérieux qui, le plus souvent ne seront jamais consultés. Il suffit également de contempler la satisfaction triomphante du paysan français, lorsque, en litige avec son voisin à propos d'un cours d'eau qui traverse son champ ou au sujet de la possession de quelques mètres carrés de terrain inculte, il brandit providentiellement un acte vieux de plusieurs siècles pour y puiser le principe de son droit. Seulement, avec un tel état d'esprit, la notion de ce qui est juste a tôt fait de s'identifier à la notion de ce qui est conforme au droit. La morale s'efface derrière le "juridique" ; et ainsi, par un curieux retournement des choses, ce n'est pas parce qu'une situation est conforme à la morale qu'elle mérite d'être protégée par le droit, c'est parce qu'elle est approuvée par la loi qu'elle répond suffisamment aux préceptes de la morale. Tout naturellement la conscience se dissout dans un ensemble de textes épars et fragmentaires qui suffisent à donner la paix intérieure. Autrement dit, c'est dans les ressources d'une logique formelle, dans un aménagement plus ou moins laborieux, plus ou moins réfléchi également, des concepts juridiques, que l'on acquiert la certitude d'être un honnête homme à la conscience irréprochable. »  (Roger Perrot, aspects de la société française, (librairie générale de droit et de jurisprudence, 1953)

 

 

Partager cet article
Repost0