Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

9 janvier 2022 7 09 /01 /janvier /2022 10:01

 

APRÈS L’ARMISTICE DU 11 NOVEMBRE 1918
LES TIRAILLEURS « SÉNÉGALAIS »

 

 

Que deviennent-ils ?
Comment ont-ils été recrutés ? Volontaires ou contraints ?

 

 

¤ Que deviennent-ils après l’armistice du 11 novembre ?

Un certain nombre ont regagné leur foyer en Afrique, d’autres ne bénéficient pas encore du repos que suppose la signature de l’armistice.

Ceux qui sont retournés chez eux, vont-ils rejeter la France parce que cette dernière n’a pas honoré les promesses faites pendant la guerre. Il n’en fut rien. Ils restèrent au contraire dévoués à la France comme en 1914, en Algérie comme au sud du Sahara.

Les Algériens embrigadés par le gouvernement dans le civil pour travailler soit dans les usines de guerre soit dans des entreprises privées représentent un autre regard, une autre vision de la France et des Français, une autre conscience, sans doute moins idyllique des rapports Français-Algériens. G. Meynier dans son analyse aboutit à la conclusion que la guerre a été un puissant révélateur d'identité et nous fait assister tout au long du premier conflit mondial, à la naissance de la conscience identitaire chez les Algériens. Ainsi, au tout début de la guerre, les soldats algériens recrutés et fraîchement déversés sur le front se désignaient eux-mêmes comme «indigènes». En 1916-1917, ils sont «Arabes», se reconnaissent et s'identifient comme tels. A l'extrême fin du conflit, en 1918, ils deviennent « Algériens ». Mais selon G. Meynier, ce terme d'Algérien ne s'impose vraiment que dans l'entre-deux guerres.

Malgré tout, un fait d'importance reste à considérer : c'est que ces soldats algériens lorsqu'ils rentrent chez eux se mettent à réclamer pour leurs enfants le droit d'accéder à l'école française. Détail hautement significatif. Les intellectuels de la « Jeune Algérie » proclament haut leur idéal d'assimilation. Cependant, sur le terrain même en Algérie, l'après-guerre est lourd de désenchantement, de désillusion, et ce sera aussi l'un des moments privilégiés de l'analyse des relations entre les Français d'Algérie, et les Algériens de souche. G. Meynier en présente quelques épisodes marquants. Fraîchement rentrés du front, les « tirailleurs » sont bien à ranger parmi « ceux qui ont des droits sur nous » pensent et affirment les Français d'Algérie. Mais très vite, le naturel reprenant le dessus, les expressions évoluent (sans doute les sentiments aussi)... selon les cas ; c'est dès le printemps de 1919 note Meynier, que les références à « nos frères indigènes » ou à « nos compatriotes musulmans » disparaissent. Les éloges progressivement ne s'adressent plus qu'aux « tirailleurs » puis à nos « turcos ». Vers la fin de l'année 1919, un nouvel esprit « révisionniste » fait son apparition. On commence à minimiser la « contribution algérienne à la défense de la France » et tout bascule dans la franche hostilité entre les deux communautés française et musulmane à partir du début des années vingt selon Meynier qui affirme : « A ce moment, on assiste à une campagne de presse et à une mobilisation de la bourgeoisie coloniale d'une violence qui ne sera égalée qu'en 1936 au moment du projet Violette ». On constate qu’en fait rien n’a changé.

 

 (Note : en réalité le projet Blum-Violette. Maurice Violette, ancien gouverneur général de l'Algérie, membre du gouvernement du Front Populaire en 1936 a donné son nom à ce projet qui prévoyait d'accorder le droit de vote à 22 000 algériens, mais ce projet échoua.).

 

 

Au sud du Sahara on retrouve un peu la même situation.

À leur retour les combattants africains ont été bien accueillis par leurs proches et par l’administration coloniale. Mais les promesses faites ne sont pas, là non plus, respectées. Ces anciens combattants n’ont jamais eu de pension de guerre comme les soldats français. Ils n’ont reçu qu’une prime de démobilisation peu importante. Malgré tout, cela a fait de certains, les plus riches du village et donc enviés.

À côté de cela, beaucoup sont fiers et admirés d’avoir été en France et de « baragouiner » le français.
Mais en définitive ils restèrent « indigènes ».

Ceux qui sont rentrés à partir de 1919 reviennent effectivement avec des habitudes nouvelles et un état d'esprit nouveau. Pouvait-il en être autrement ? Ces hommes sont doublement marqués, par la guerre d’abord mais aussi par le contact et l'expérience de la Métropole qu'ils ont découverte pour la première fois de leur existence. Le grand souhait de l'Administration coloniale, c'est que ces hommes, rentrés au logis originel soient rapidement « réabsorbés » par leur milieu.

Mais une analyse fine de leurs réactions à leur retour doit prendre en compte un certain nombre de facteurs parmi lesquels, en tout premier lieu, le mode et les conditions de leur recrutement dans l'armée française. Comment ils ont été « livrés » aux Blancs et sacrifiés ; car, être recruté, être déclaré apte, bon pour le service des armes signifiait dans la mentalité collective africaine, l'octroi d'un biller simple, sans retour. De ce fait, ceux qui sont partis étaient pour la plupart des marginaux, des captifs ou des gêneurs dont la société a pu ainsi se débarrasser à bon compte. Or ces hommes reviennent au village non seulement auréolés du prestige du combattant, mais aussi avec une série d'avantages matériels et de privilèges civiques. Le plus significatif est aussi qu'ils soient rentrés bardés de quelques certitudes, sommaires certes, mais révélatrices d'un choc mental, expression d'un passé, du vécu immédiat et du présent.

 

 

La prime de démobilisation offerte par la France, plus ou moins conséquente selon, les années de service mais aussi le nombre et l'importance des campagnes constitue la première marque distinctive qui sépare « l'Ancien Combattant » du reste de la population. Cette prime, même réduite à sa plus simple expression fait de l'ancien soldat un homme à part, un « possédant ». Ils font donc incontestablement figure de « privilégiés » au sein de leur communauté. Les mieux nantis à cet égard sont sans aucun doute les militaires de carrière qui rentrent après quinze années de service, bénéficiant ainsi d'une pension régulière. Le deuxième facteur à prendre en compte dans l'attitude des démobilisés vis-à-vis de leur milieu originel et de l'Administration coloniale réside dans ces avantages acquis. Leur réinsertion devait être facilitée par la création d'emplois réservés, notamment dans le chemin de fer qui se développait dans les colonies françaises au lendemain de la Première Guerre mondiale, également des postes administratifs sous-qualifiants. Mais seule une minorité d'anciens combattants purent en bénéficier effectivement car il fallait savoir lire et écrire le français. Les moins qualifiés trouvent tout de même parfois des emplois à leur mesure comme celui de « garde-cercle » vers lequel beaucoup vont se tourner, de « planton » ou gardien des édifices officiels pour lesquels il n'était guère indispensable d'être expert en français.

Dans l'ensemble, cette minorité constituera une couche sociale nouvelle, celle de petits fonctionnaires africains subalternes qui seront des agents de l’acculturation, capables de se muer à l'occasion en agents de contestation — le fait que plus de 80% de ces mobilisés soient analphabètes a singulièrement limité la portée de cette acculturation. Leur caractéristique essentielle fut d'être soustraits au régime de « l'indigénat »(1) c'est-à-dire qu'en cas de délit, ils passent devant un tribunal de statut français avec droit à la défense, contrairement au simple « tribunal » du commandant de cercle (2)

 

Organigramme de l’administration coloniale

***

Quel privilège pour l’ancien combattant que de pouvoir passer devant le tribunal français qui offrait la garantie de la défense en permettant le recours aux services d’un avocat, évitant ainsi les griffes de l’interprète et l’humiliation infligée par le commandant, car il était courant que ces jugements soient ponctués de gifles, de coups de pieds ou de bâton qui précédaient l’emprisonnement ou l’amande. Tel était le principe de l’indigénat.

 

 

Les anciens combattants furent — et c'est sans doute le plus important — dispensés de ce qu'on appelait pudiquement à l'époque les « prestations », c'est-à-dire le travail forcé auquel étaient assujettis tous les indigènes. Ils obtinrent par la suite l'extension de ce « privilège » à leur famille.

Ces démobilisés coloniaux, quoique réputés frondeurs sont restés loyaux dans l'ensemble vis-à-vis de l'Administration coloniale à laquelle ils fournissaient auxiliaires et agents bénévoles. Ainsi, les premières victimes du retour des Anciens Combattants furent non point l'Administration coloniale, mais les autorités traditionnelles et l'ordre traditionnel. Beaucoup d'anciens soldats, pour échapper à l'ancienne tutelle, tenteront de devenir chefs eux-mêmes. Quasiment tous, grâce à leur prime de démobilisation ou à leur pension et à l'aura que cela conférait, purent passer outre les conventions sociales ancestrales, s'affranchir de la pression morale des aînés, des « anciens », se marier sans tenir compte de la volonté et des intérêts du clan ou du lignage (ou tentèrent de le faire). Nombre d'entre eux, notamment les anciens captifs ne souhaitaient pas retourner dans leur village, soit qu'ils ne souhaitaient pas retrouver leur ancien statut, soit qu'ils avaient acquis de nouvelles habitudes de vie qui les poussaient à s'installer dans les villes. Ce fut surtout le cas des militaires de carrière. La morphologie et la toponymie de certaines villes d'Afrique en portent la marque. De nouveaux quartiers surgirent de terre, expression d'une nouvelle sociologie. C'est le cas de Quinzambougou dans la périphérie de la ville de Bamako au Mali (traduction du bambara : quartier des 15 ans de carrière, créé au début des années 1920-1930). Ces Anciens Combattants s'installèrent donc en ville où ils tentèrent d'occuper des emplois correspondant aux spécialités et compétences acquises dans l'armée en plus des emplois subalternes offerts par l'Administration coloniale.

Pour ceux qui ont purement intégré leur communauté d'origine, la vie fut souvent émaillée de heurts multiples et incessants avec les  anciennes  coutumes pour celui qui a connu «  le monde ».

 

 

Ceux qui restent au service de la France sont dispersés en Europe, Allemagne, Grèce… pour combattre.

  • En Allemagne, car ce pays ayant refusé de payer les  réparations  dues à la France par le traité de Versailles, la France décide d’occuper la Ruhr afin d’en exploiter ses richesses et ainsi se payer elle-même.

Les Allemands ont très mal pris ce coup de force des Français et surtout d’être occupés par une armée noire. (Voir le livre La Honte noire de Jean-Yves Le Naour).

La « Honte noire » évoquée par Hitler dans Mein Kampf, reprendra vigueur sous le régime nazi.

              En Grèce, au nom de la France, ils doivent aider les républicains à combattre la monarchie

Ces soldats noirs sont aussi utilisés en France comme force de répression des grandes grèves, ainsi à Nice en 1947.

 

 

¤ Comment ont-ils été recrutés ? Volontaires ou contraints ?

Le mode de recrutement des tirailleurs variait selon une série de critères, même si aucun soldat africain ne pouvait se rendre en Europe ou en France sans avoir suivi un rituel des plus strictes, le nombre de soldats appelé à se rendre en Europe, étant déterminé d’avance, selon la demande des autorités militaires et de l’État français. Le nombre de soldats recrutés dépendait strictement des besoins de combattants, d’où la fluctuation du nombre. Mais, ce qui demeure immuable, c’est le parcours de recrutement effectué par le futur soldat qui doit franchir un à un les différents échelons de l’administration coloniale, comme représenté sur le schéma ci-dessus, parcours inverse des ordres venus d’en haut.

La plupart des soldats africains étaient recrutés par réquisition et non par conscription, l’état civil étant alors quasiment inconnu dans les colonies françaises (et ne fit pas partie non plus du legs de la France à l’Afrique au moment de l’indépendance).

 

 

Après la Première Guerre mondiale (1914-1918), une autre guerre mondiale, la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945). Comme en 1914, la France fit appel à ses colonies et les tirailleurs fraîchement recrutés, prirent le chemin de la métropole dans la gaîté, en chantant :

« C’est nous les Africains
Nous venons des colonies
Pour sauver la Patrie.
Nous avons tout quitté,
Parents, gourbis, foyers
Et nous gardons au cœur
Une invincible ardeur
Car nous voulons porter haut et fier
Le beau drapeau de notre France entière ;
Et si quelqu’un venait à y toucher,
Nous serions là pour mourir à ses pieds.
Battez, tambours, à nos amours
Pour le pays, pour la Partie,
Mourir au loin, c’est nous les Africains. »

                                  (Hymne de la 3e division d’infanterie algérienne pendant la 2e Guerre mondiale).

 

 

 

Notes :

1-« privilège » aboli du temps de l’État Français sous Vichy.
2- Terme désignant l'administrateur français à la tête de la circonscription administrative appelée cercle. À l'échelon immédiatement inférieur, se trouvait l'administrateur chef de subdivision ou commandant de la « subdivision » également français.  Le pouvoir de l’un et de l’autre était sans bornes sur les populations.) (Voir organigramme)

 

 

Partager cet article
Repost0
1 janvier 2022 6 01 /01 /janvier /2022 11:20

 

CHÈRES LECTRICES ET CHERS LECTEURS DU BLOG

VISITEUSES ET VISITEURS

BONNE ET HEUREUSE ANNÉE 2022,

QUE LA SANTÉ SOIT AU RENDEZ-VOUS

ET QUE VOS SOUHAITS SE RÉALISENT

 

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2021 7 12 /12 /décembre /2021 11:19

 

DÉFORESTATION
DÉJÀ À L’ÉPOQUE DE RONSARD, AU MOYEN ÂGE

 

 

Le problème de la déforestation ne date pas d’aujourd’hui, comme nous le verrons dans le poème de Ronsard ci-dessous.

De tout temps, l’homme a abattu ou brûlé des arbres : pour se faire de la place, pour se chauffer et cuire ses aliments, pour se construire des abris, des bateaux, des meubles, pour augmenter ses terres de culture, d’élevage…

Mais cette déforestation n’avait pas l’ampleur qu’elle a de nos jours, où elle est devenue mondiale et s’accélère. Et les problèmes dus à la déforestation sont multiples de nos jours : réchauffement climatique, dégradation du cycle de l’eau, érosion des sols, disparition de nombreuses espèces (faune et flore) et même de certains peuples indigènes.

 

Pourtant déjà au Moyen Âge certains s’en inquiétaient. Depuis toujours certains êtres humains se sont sentis en harmonie avec la nature et ont cherché à la défendre. Ronsard est de ceux-là et nous le dit si joliment dans son poème contre les bûcherons de la forêt de Gastine.

 

« Contre les bûcherons de la forêt de Gastine

Écoute, bûcheron, arrête un peu le bras !
Ce ne sont pas des bois que tu jettes à bas ;
Ne vois-tu pas le sang, lequel dégoutte à force,
Des nymphes qui vivaient dessous la dure écorce ?
Sacrilège meurtrier, si on pend un voleur
Pour piller un butin de bien peu de valeur,
Combien de feux, de fers, de morts, et de détresses,
Mérites-tu, méchant, pour tuer nos déesses ?

 

Forêt, haute maison des oiseaux bocagers,
Plus le cerf solitaire et les chevreuils légers
Ne paîtront sous ton ombre, et ta verte crinière
Plus du soleil d'été ne rompra la lumière.
Plus l'amoureux pasteur, sur un tronc adossé,
Enflant son flageolet à quatre trous percé,
Son mâtin à ses pieds, à son flanc la houlette,
Ne dira plus l'ardeur de sa belle Jeannette.
Tout deviendra muet, Écho sera sans voix,
Tu deviendras campagne, et, en lieu de tes bois
Dont l'ombrage incertain lentement se remue,
Tu sentiras le soc, le coutre et la charrue ;
Tu perdras ton silence, et, haletants d'effroi,
Ni Satyres ni Pans ne viendront plus chez toi.

 

Adieu, vieille forêt, le jouet de Zéphyre,
Où premier j'accordai les langues de ma lyre,

Où premier j'entendis les flèches résonner
D'Apollon, qui me vint tout le cœur étonner ;
Où premier, admirant la belle Calliope,
Je devins amoureux de sa neuvaine trope,
Quand sa main sur le front cent roses me jeta,
Et de son propre lait Euterpe m'allaita.
Adieu, vieille forêt, adieu, têtes sacrées,
De tableaux et de fleurs autrefois honorées,
Maintenant le dédain des passants altérés,
Qui, brûlés en l'été des rayons éthérés,
Sans plus trouver le frais de tes douces verdures,
Accusent tes meurtriers et leurs disent injures.

 

Adieu, chênes, couronne aux vaillants citoyens
 Arbres de Jupiter, germes Dodonéens,
Qui premiers aux humains donnâtes à repaître ;
Peuples vraiment ingrats, qui n'ont su reconnaître
les biens reçus de vous, peuples vraiment grossiers
de massacrer ainsi leurs pères nourriciers !
Que l'homme est malheureux qui au monde se fie §

O dieux, que véritable est la philosophie,
Qui dit que toute chose à la fin périra,
Et qu'en changeant de forme une autre vêtira !
De Tempé la vallée un jour sera montagne, 
Et la cime d'Athos une large campagne ; 
Neptune quelquefois de blé sera couvert ; 
La matière demeure et la forme se perd."

                                         (Elégie, XXIV (V.19-68))                                                                         

Pierre de Ronsard (1524-1585)

****

> Un bref résumé de la vie de Ronsard.

Pierre de Ronsard est né au château de la Poissonnière en Vendômois, de vieille souche noble. Hormis 6 mois d’études à Paris, il a passé les 12 premières années de sa vie au milieu de la nature vendômoise où il a trouvé plus tard une source inépuisable de souvenirs et d’impressions.

En 1536, il est attaché comme page au dauphin François (fils de François Ier) qui meurt 3 jours après. Il sera page de Charles d’Orléans puis de Madeleine de France (enfants de François Ier).

Il suit Madeleine de France, devenue reine d’Écosse après son mariage avec Jacques Stuart, roi d’Écosse, mais elle meurt en 1537.

Il reste quelques temps en Écosse puis regagne la France en passant par l’Angleterre et la Flandre.

1540 : il séjourne quelques temps en Allemagne auprès de son cousin, le diplomate Lazare de Baïf, grand humaniste et qui lui a sans doute donné le goût des lettres antiques. Ronsard était promis à une brillante carrière diplomatique mais à son retour d’Allemagne suite à une grave maladie, il devient à demi-sourd et il doit se retirer à la Poissonnière.

Isolé à cause de sa surdité, Ronsard se consacre à la poésie.

1543 : il a reçu la tonsure, non pas pour devenir prêtre mais pour s’assurer le revenu de bénéfices ecclésiastiques.

 

Désireux d’imiter Horace et conscient de ses lacunes dans sa formation humaniste, Ronsard se met pendant cinq ans à l’étude des lettres antiques au collège de Coqueret avec Du Bellay et Jean Antoine de Baïf sous la direction de Dorat. Ils forment la Brigade, plus tard la Pléiade (Ronsard, du Bellay, de Baïf, Jodelle, Belleau, Dorat, Peletier, Pontus de Tyard). Leur ambition : renouveler et perfectionner la langue française.

 

1558, Ronsard devient conseiller et aumônier ordinaire du roi Henri II. 1560, à partir de l’avènement de Charles IX, il est largement pensionné.
1574, à la mort de Charles IX, il tombe en demi-disgrâce, le nouveau roi, Henri III ayant ramené de Pologne son poète favori, Desportes. Ronsard se retire dans ses prieurés à partir de 1575

 

Quelques-unes de ses œuvres  :

1550 :les Odes
1552 : Amours de Cassandre
1553 : Folastreries
1554 : Bocage
1555 : Continuation des Amours
1556 : Nouvelle Continuation des Amours
En 1560 il publie une édition collective de ses œuvres, classant ses poésies en quatre volumes : Amours, Odes, Poèmes, Hymnes.
1578 : Sonnet sur la mort de Marie, Sonnet pour Hélène.

 

Il travaillait sans relâche à rééditer ses œuvres complètes mais il était tourmenté et souvent alité par la goutte ; ses derniers sonnets, poignants, évoquent ses douleurs physiques, ses insomnies, ses préoccupations de l’au-delà.

1585 : il meurt à Saint-Cosme.

 

La Poissonnière, manoir de Ronsard

 

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2021 7 28 /11 /novembre /2021 10:33

 

APRÈS L’ARMISTICE DU 11 NOVEMBRE 1918
LA FRANCE (2)

 

Monument aux morts

****

> Rappel : même si le traité de Versailles lui permet de satisfaire son principal but de guerre, la France sort  meurtrie de ce conflit, voire triplement meurtrie et affaiblie :

  • Des dégâts et ruines considérables
  • Une population gravement saignée
  • Un pays appauvri et lourdement endetté

> Comment se reconstruire ?

Avec des dégâts aussi lourds ?
Avec une population si fortement diminuée (tant de morts, de blessés, de mutilés) ?
Sans argent ?

Au départ la France a beaucoup compté sur les sommes que l’Allemagne devait lui payer au titre des réparations fixées par le  traité de Versailles.
Le leitmotiv des responsables de l’époque pour exécuter les travaux était : « Quand l’Allemagne paiera… »

Or la France attendit en vain, l’Allemagne refusant de payer les réparations.

 

 

 > Incidences de la guerre sur la population française

Celle-ci est, en gros, divisée en deux : les gagnants et les perdants.

  • Les perdants : essentiellement les rentiers et ceux appelés les profiteurs de guerre, c’est-à-dire tous ceux qui ont tiré profit de la situation : fournisseurs divers de l’armée, commerçants ayant fortement augmenté leurs prix, les propriétaires augmentant les loyers…
  • Les gagnants : ceux qui ont pu se reconvertir à temps en transformant les productions ou service pour l’armée en service pour la société civile :

Exemple :

-les transports militaires reconvertis en moyens de transport civils
-les avions de combat transformés en avions de transport pour les civils

 

défilé des gueules cassées

> Innovations diverses

  • En médecine :

-progrès importants en chirurgie pour redonner un « visage acceptable » aux « Gueules cassées » et autres blessés de guerre. Ces progrès seront utilisés pour les civils.
-inventions de divers prothèses pour les blessés de guerre, également utilisés ensuite pour les civils.

 

  • Les villes et villages se couvrent de monuments aux morts avec le plus souvent inscriptions des noms de ceux qui sont tombés au front.
  • Sur le plan social la fin de la guerre marque le début d’une nouvelle époque :

-Les anciens combattants se constituent en associations qui revendiquent considération et avantages divers.
-les femmes revendiquent de nouveaux droits dont le droit de vote qui leur sera refusé (contrairement à la Grande-Bretagne où les femmes ont obtenu le droit de vote dès la fin de cette guerre).

Des associations de femmes se constituent pour manifester et revendiquer leurs droits, telles les suffragettes. Elles revendiquent aussi le droit de s’habiller comme elles le désirent, notamment en costume d’homme, par exemple les garçonnes.

 

C’est le début de la longue marche des femmes françaises pour leur émancipation, lutte commencée dès la Révolution de 1789. (Voir articles du blog : « La longue marche des femmes françaises pour l’égalité hommes-femmes » du 26-11-2017 au 02-01-2018)

 

Une garçonne

La nouvelle époque que connaît le pays fait le lit de la presse et des artistes. Toute une littérature naît de cette époque, comme dans Le Cheval d’orgueil de PJ Hélias où l’on voit un héros de guerre de retour chez lui face à son épouse, une situation vécue par beaucoup de combattants de retour chez eux.

 

« Ceux dont la femme a eu la charge de tout pendant quatre ans ont plus de mal à reprendre le train d’avant. Il leur faut de nouveaux s’imposer à leur place. Et la femme a pris de telles habitudes a tellement peiné nuit et jour qu’elle abandonne difficilement ses prérogatives. Quelques héros couverts de médailles n’arriveront jamais plus à commander. » (P Jakez Hélias, Le Cheval d’orgueil, Plon)

 

Des chansonniers se sont aussi inspirés de ce thème, en reprenant des chants populaires comme le suivant :

 

« Brave marin revient de guerre, tout doux
Tout mal chaussé, tout mal vêtu
Brave marin, d'où reviens-tu, tout doux

Madame, je reviens de guerre, tout doux
Qu'on apporte ici du vin blanc
Que le marin boive en passant, tout doux

Brave marin se met à boire, tout doux
Se met à boire et à chanter
Et la belle hôtesse à pleurer, tout doux

Ah qu'avez-vous donc, la belle hôtesse, tout doux
Regrettez-vous votre vin blanc
Que le marin boit en passant, tout doux

C'est pas mon vin que je regrette, tout doux
Mais c'est la mort de mon mari
Monsieur vous ressemblez à lui, tout doux

Ah dites-moi, la belle hôtesse, tout doux
Vous aviez de lui trois enfants
Et j'en vois quatre à présent, tout doux

On m'a écrit de ses nouvelles, tout doux
Qu'il était mort et enterré
Et je me suis remariée, tout doux

Brave marin vida son verre, tout doux
Sans dire un mot, tout en pleurant
S'en retourna à son bâtiment, tout doux

Tout doux
      Tout doux… »

 

 

En définitive si la France sort de la 1ère Guerre mondiale ruinée et blessée, elle a un espoir cependant : son vaste empire colonial sur lequel, disait-on, le soleil ne se couche jamais ; et surtout sa partie africaine que le colonel Mangin, présentait comme « un réservoir inépuisable d’hommes, de combattants, de produits naturels et de travailleurs ».

Le traité de Versailles n’est pas l’unique traité qui a contribué à changer la carte de l’Europe. il y eut deux traités importants, le traité de Saint-Germain-en-Laye (10 septembre 1919) et le traité de Sèvres (10 août 1920) qui consacrent le démantèlement des Empires centraux et la naissance de la nouvelle carte de l’Europe.

 

Quant au traité de Versailles lui-même, il fit des mécontents selon les points de vue ou jugements suivants :

 

Un Français : « Le traité n’est pas fameux ; je suis tout prêt à le reconnaître. Mais, et la guerre, a-t-elle été fameuse ? Il a fallu quatre ans et je ne sais combien de nations pour venir à bout de l’Allemagne. […] Vingt fois pendant la guerre, on a cru que tout était fini. […] Or la France sort de là vivante, son territoire reconstitué, son empire colonial agrandi, l’Allemagne brisée, désarmée. » (G. Clemenceau, 1928)

 

Un Allemand : « Jamais n'a été infligée à un peuple, avec plus de brutalité, une paix aussi accablante et aussi ignominieuse [...]. Une paix sans négociations préalables, une paix dictée comme celle de Versailles, c'est comme quand un brigand renverse à terre un malheureux et le contraint ensuite à lui remettre son porte-monnaie. » (B. von Bülow, Mémoires, 1931)

 

Un Anglais : « Le traité ne comprend nulle disposition en vue de la restauration économique de l'Europe [.,.], rien pour organiser les nouveaux États ou sauver la Russie. La paix mènera l'Europe souffrante jusqu'au bord de la ruine et de la famine. Le but de Clemenceau était d'affaiblir l'Allemagne par tous les moyens possibles. » (J. M. Keynes, Les Conséquences économiques de la paix, 1919)

 

Quant à l’Italie, outrée de ne pas avoir obtenu tous les territoires désirés (les terres irrédentes), elle rappela son délégué qui quitta la réunion de Versailles en claquant la porte.

 

La nouvelle carte de l’Europe après la 1ère Guerre mondiale

Partager cet article
Repost0
14 novembre 2021 7 14 /11 /novembre /2021 09:39
APRÈS L’ARMISTICE DU 11 NOVEMBRE 1918
LA FRANCE (1)

Arras : 80% de la ville rasés pendant la 1ere Guerre mondiale

Après une belle victoire, un pays quasi totalement ruiné
À reconstruire

 

Une guerre totale aux conséquences lourdes pour la France et pour l’Europe

En France, les lendemains de guerre ne chantent guère, et pour cause !
Pour l’essentiel, c’est sur le sol de France que les combats se sont déroulés. Le Nord-est du pays en particulier, mais partout, les destructions sont impressionnantes, les dégâts considérables : cultures détruites, ponts brisés, maisons  et usines détruites… bref, un véritable spectacle d’horreur jamais vu dans ce pays.

De tous les belligérants, la France est celui qui a le plus souffert, de loin celui qui a subi les destructions les plus nombreuses et les plus spectaculaires.
Quelques chiffres : au lendemain de la guerre on compte 312 000 immeubles détruits et 500 000 endommagés, 3 millions d’hectares cultivé désormais hors d’usage, 54 000 km de routes, 8 000 km de voies ferrées et de ponts inutilisables…
La reconstruction du pays sera longue et difficile.

De plus, c’est le pays qui connaissait depuis le XIXe siècle un déficit des naissances assez préoccupant.

Bilan humain de la 1ère Guerre mondiale

D’après le bilan ci-dessus, sur le plan démographique, la France figure parmi les pays les plus touchés (surtout comparée à l‘Allemagne). Sur les 200 000 combattants africains d'AOF et AEF engagés auprès de l’armée française, 15% sont morts pour la France.
D’autre part, la France sort de cette guerre fortement endettée auprès des États-Unis qui ne vont pas tarder à exiger le paiement de cette lourde dette.

Avant cette guerre, la France comptait parmi les nations les plus puissantes d’Europe et du monde.
Auréolée par la révolution de 1789 et ses effets en Europe et dans le monde, la France jouissait d’un respect universel, mais aussi d’une admiration certaine.
Elle était aussi considérée pour son empire colonial qui s’étendait sur les quatre continents et auquel elle fit appel pour l’aider dans cette guerre.

Les combattants africains (faussement appelés), les Tirailleurs Sénégalais, s’étaient rendus en France en masse, avec un dévouement qui surprit beaucoup d’Européens. En effet, considérant la France comme la « Mère Patrie », ils se plièrent à toutes ses demandes de fournitures (en hommes pour combattre et travailleurs pour les besoins de l’industrie de guerre française.

T.W Wilson (1856-1924)

Comment mettre fin à cette guerre ?

Thomas Woodrow Wilson, président des États-Unis (de 1913 à 1921), est à l’origine d’un plan de sortie de guerre. Il a eu l’idée de préparer une rencontre des principaux protagonistes de cette guerre en un lieu, on ne peut plus symbolique, Versailles.
Il a envoyé une lettre à toutes les nations ayant pris part à ce conflit, pour leur demander de lui adresser leur but de guerre. Il a commencé par leur envoyer le but de guerre de son pays.

 

  1. Renoncent à la diplomatie secrète
  2. Assurent la liberté des communications maritimes
  3. Renoncent aux barrières économiques (prône la coopération entre états pour réduire conflits
  4. Des garanties adéquates à donner et à prendre afin que les armements nationaux soient réduits au plus petit point possible compatible avec la sécurité intérieure.
  5. Rééquilibrent les empires coloniaux
  6. Les Allemands évacuent les territoires russes qu'ils occupent depuis la fin de 1917
  7. Les Allemands évacuent la Belgique
  8. Les Allemands évacuent les régions qu'ils occupent en France et restituent l'Alsace –Lorraine.
  9. Les frontières italiennes, en particulier dans les Alpes sont rectifiées afin de correspondre au peuplement des régions concernées (surtout aux dépens de l'Autriche)
  10. Les différents peuples non-autrichiens ou hongrois rassemblés dans l'empire d'Autriche-Hongrie deviennent plus autonomes
  11. Les Autrichiens, les Allemands et les Bulgares évacuent les territoires qu'ils occupent en Roumanie, en Serbie et au Monténégro. La Serbie disposera d'un accès à la mer Adriatique.
  12. Les peuples non-turcs de l'empire ottoman deviennent plus autonomes. Le libre passage des détroits turcs du Bosphore et des Dardanelles est garanti
  13. La Pologne est recréée et doit disposer d'un accès à la mer Baltique.
  14. Les vainqueurs créeront une Société des Nation (SDN), organisation internationale chargée de maintenir la paix dans le monde en arbitrant les conflits entre États.

But de guerre des États-Unis en 14 points présenté par Wilson

La date et le lieu de la conférence ont été fixés au 18 janvier 1919 à Paris afin de préparer la signature d’un traité de paix : le traité de Versailles.
Bien que la conférence soit présidée par Clemenceau, c’est le président des États-Unis, Wilson, qui joua le rôle le plus important et prit les décisions majeures.

L’Allemagne s’opposa vivement au traité signé qu’il qualifia de Diktat.

La plupart de ces 14 points aboutirent à une transformation mondiale importante avec la création de la Société des Nations (SDN), (devenue l’Organisation des Nations unies (ONU) après la 2e Guerre mondiale)), dont l’objectif était la discussion libre des problèmes du monde afin d’aboutir à un règlement pacifique des désaccords entre nations, pour éviter la guerre.

Par ailleurs le traité aboutit à une transformation quasi complète de la carte de l’Europe.
La France récupère l’Alsace-Lorraine même si toutes ses demandes ne sont pas satisfaites.
L’Allemagne a perdu beaucoup de territoires parce qu’elle est considérée comme la seule responsable de cette guerre. De plus elle est condamnée à payer de lourdes réparations. Elle trouve ce traité injuste.

Europe avant 1ère Guerre mondiale

 

Une nouvelle carte de l’Europe

Comme pour la France, la 1ère Guerre mondiale a eu des conséquences très importantes sur l’ensemble de l’Europe.

Les grands empires sont démantelés : empire allemand, Autriche-Hongrie, empire ottoman, empire russe (la Révolution russe déclenchée en 1917 continue pour devenir l’Union Soviétique) et sur les dépouilles de ces grands « empires centraux », de nouveaux États apparaissent : Tchécoslovaquie, Hongrie, Pologne…

Globalement l’Europe divisée est affaiblie au lendemain de la  Première Guerre  mondiale.

 

La nouvelle carte de l’Europe après la 1ère Guerre mondiale

 

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2021 7 07 /11 /novembre /2021 09:31

 

 

AVANT L’ARMISTICE DU 11 NOVEMBRE 1918
LA FRANCE

 

 

Pour la première fois dans l’Histoire, une Guerre mondiale !

 

 

Une Guerre  mondiale et une guerre totale : c’est une guerre qui occupe le quotidien, qui concerne toute la population, mobilise tout dans le pays et tout le monde : hommes, femmes, les bras et les esprits, les cerveaux, les économies…

 

Infirmières françaises au Front, 1914-1918

 

Les femmes dans la guerre, un dévouement et une ardeur sans précédent

Appel aux femmes

 

AUX FEMMES FRANÇAISES,

La Guerre a été déchaînée par l'Allemagne, malgré les efforts de la France, de la Russie et de l'Angleterre pour maintenir la paix.
         A l'appel de la Patrie, vos pères, vos fils et vos maris se sont~ levés et demain ils auront relevé le défi.
         
Le départ pour l'armée de tous ceux qui peuvent porter les armes laisse les travaux des champs interrompus ; la moisson est inachevée ; le temps des vendanges est proche.
         
Au nom du Gouvernement de la République, au nom de la Nation tout entière groupée derrière lui, je fais appel à votre vaillance, à celle, des enfants que leur âge seul et non leur courage dérobe, au combat.
         
Je vous demande de maintenir l'activité des campagnes, de terminer les récoltes de l'année, de préparer celles de l'année prochaine.
      
Vous ne pouvez pas rendre à la Patrie un plus grand service. Ce n'est pas pour vous, c'est pour elle que je m'adresse à votre cœur.
       
Il faut sauvegarder votre subsistance, l'approvisionnement des populations urbaines et surtout l'approvisionnement de ceux qui défendent à la frontière, avec l'indépendance du pays, la civilisation et le droit.
       
Debout donc, femmes françaises, jeunes enfants, filles et fils de la Patrie. Remplacez sur le champ du travail ceux qui sont sur les champs de bataille, préparez-vous à leur montrer demain la terre cultivée, les récoltes rentrées, les champs ensemencés !
        Il n'y a pas dans ces heures graves de labeur infime. Tout est grand qui sert le pays. Debout, à l'action, au labeur ! Il y aura demain de la gloire pour tout le monde.

Vive la République ! Vive la France !

 

 

Les femmes répondent massivement à l’appel de la nation

Mobilisation des femmes

 

Pour répondre à l’appel du gouvernement français les femmes sortent et occupent tous les postes de travail jusque-là dévolus principalement aux hommes partis au Front. Elles sont partout : dans les bureaux, dans les champs, dans les usines, particulièrement les usines de guerre, au Front aussi…   (Voir article du blog du 06 janvier 2018, La longue marche des femmes françaises pour l’égalité hommes-femmes (3)).

Tirailleurs montant au front, 1918.

 

L’appel de la France à ses colonies d’Afrique

À l’appel du gouvernement de la France, la première réaction des colonisés français d’Afrique, fut une énorme surprise, car ils avaient toujours cru que la France était invincible, quelque soit l’ennemi.

Le moment de surprise passé, ils se mirent vite en route, après les formalités et les derniers conseils prodigués par les émissaires français.

Ils entrèrent dans la guerre avec enthousiasme et dévouement. Le loyalisme et l’exemplarité de ces combattants africains, de même que la rapidité de leur adaptation en France, puis leur intégration facile dans l’armée, étonnèrent plus d’un en France

Le dévouement exemplaire de ces soldats venus de loin, qui ne fut jamais démenti durant toute la guerre, s’explique sans doute par les belles promesses que les responsables français leur avaient faites.

L’émissaire spécial de Georges Clémenceau leur a maintes  fois promis de la part de ce dernier : « Engagez-vous dans l’armée et vous aurez la citoyenneté française. » ou encore « la fin de l’indigénat (1) après la guerre ».

[Note (1) : Indigénat : ensemble de règlements très répressifs destinés aux seuls indigènes. Au nom de ces règlements l’indigène n’a aucun droit ; il ne peut être jugé selon les lois françaises. Dans le jugement le concernant, on ne tient aucun compte de l’individu, des lois, encore moins de la séparation des pouvoirs. C’est l’arbitraire le plus absolu aux mains du colon, qui permet de traiter l’indigène comme un esclave.]

 

Tirailleurs sénégalais

Les crises  de 1917

En France, l’année 1917 est une  année charnière, un tournant important de la Première Guerre mondiale.

La lassitude des soldats se fait sentir. L’impatience gagne les troupes et le pays tout entier, au Front et à l’arrière (les civils). Partout la même question : quand va-t-on en finir ?

Au Front, les soldats impatients grondent et grognent. Certains s’en prennent à leurs chefs qui « les entrainent à la  boucherie ». Ils n’en peuvent plus. C’est la révolte dans les rangs.

 

Du 152e régiment d'infanterie, 25 mai 1917:

Ça ne va plus, nous devions attaquer ce soir, mais les déserteurs sont trop nombreux et on ne sait s'ils se dirigent chez nous ou chez les Boches qu'ils pourraient renseigner sur les opérations que nous devons faire [...]. Au 152e, une compagnie s'est débinée et d'autres régiments qui sont avec nous ont mis les voiles. Comme ça, la guerre finira, car ce n'est pas rigolo d'aller faire une attaque sur le plateau de Craonne. Ce n'est plus une guerre, c'est un massacre complet. Je te dirai qu'en ce moment, tous les combattants en ont marre de l'existence, il y en a beaucoup qui désertent.  (Cité par G. Pedroncini, Les mutineries de l'armée française, Gallimard, 1968.)

Le mécontentement des soldats

La lassitude se lit sur les visages

 

Dans la tourmente de 1917, le président du Conseil, Georges Clemenceau, rend visite aux soldats dans les tranchées pour les soutenir.

Pendant cette même année 1917, se développe l’expression significative : « le bourrage de crâne » : des propagandes mensongères parues dans certains journaux destinées à masquer les réalités de l’armée française au Front.

 

«L'inefficacité des projectiles ennemis est l'objet de tous les commentaires. Les shrapnells éclatent mollement et tombent en pluie inoffensive. Quant aux balles allemandes, elles ne sont pas dangereuses : elles traversent les chairs de part en part sans faire aucune déchirure. » (L’Intransigeant, août 1914)

Exemple de bourrage de crâne

Causes et manifestations des crises de 1917

« La cause fondamentale des troubles est la lassitude d’un interminable conflit. Elle atteint les soldats durement éprouvés par la guerre des tranchées. Elle touche à l’arrière des populations atteintes par les effets du blocus ou de la guerre sous-marine. Il faut rationner les produits alimentaires, de même que le charbon réservé aux industries de guerre. L’impasse militaire et la détérioration de la situation sociale font douter de l’utilité de poursuivre le conflit… » Tous les belligérants connaissent en 1917 des moments d’indiscipline militaire.

Ces secousses de l’armée atteignent également les troupes des colonies engagées dans le conflit.

Les secousses de cette année 1917 ont des répercussions dans maints domaines, y compris dans le gouvernement général de l’AOF, peu de temps après l’arrivée à la tête de l’importante « Afrique Occidentale Française » du jeune et brillant Van Vollenhoven.

Depuis sa nomination comme gouverneur général de l’AOF, van Vollenhoven n’a cessé d’adresser des rapports au gouvernement français sur « l’état de misère » des autochtones, le mettant en garde contre la méthode brutale des recruteurs envoyés en Afrique, précisément en 1917. N’ayant pas été écouté, il démissionne de son poste et demande son retour dans l’armée ce qu’on lui accorde. Mortellement blessé, il meurt, à 40 ans ! (Voir article du blog du 31 octobre 2021, JOOST VAN VOLLENHOVEN, UN COLONIAL BRILLANT ET HUMANISTE).

Soldats de l’armée française (Le Petit Journal, 1919)

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2021 7 31 /10 /octobre /2021 11:30

Joost Van Vollenhoven (1877-1918)

JOOST VAN VOLLENHOVEN, UN COLONIAL BRILLANT ET HUMANISTE

« Un esprit sain dans un corps sain » :

(citation tirant sa source de la 10e des 16 satires de Juvénal.
Juvénal est un poète romain (fin1er-début 2e S).

 

 

Van Vollenhoven est officier et administrateur colonial français. Il est issu d’une famille néerlandaise protestante aisée, installée en Algérie (alors possession française).

Joost van Vollenhoven est le deuxième enfant de la famille ; né en 1877 à Rotterdam et mort en 1918 à Montgobert.

Considéré comme un garçon calme, simple, posé, intelligent.

 

Très tôt il est attiré par la mer et fait le tour du monde en voilier comme pilotin. De cette expérience lui vient sa vocation coloniale. Il manifeste aussi une grande soif de connaissance et s’inscrit à la faculté de droit d’Alger, après de brillantes études au lycée. Il maîtrise plusieurs langues : allemand, anglais, hollandais.

En 1903 il présente avec succès, une thèse de doctorat dont le thème porte sur les Fellahs algériens, intitulée « Essai sur le fellah algérien ».

Il y dénonce déjà une structure administrative trop lourde, lente et rigide.

 

Il demande et obtient la nationalité française en 1899, à 22 ans.

 

Après un an de service militaire au 1er régiment de zouaves, il intègre l’École coloniale dont il sort major et où il sera professeur, avant  d’être nommé à sa direction deux ans plus tard.

Il occupe plusieurs postes dans l’administration : secrétaire général au ministère des Colonies, puis directeur des Finances.

Il est nommé gouverneur en Guinée, au Sénégal, puis devient chef de cabinet d’Adolphe Messimy (ministre des colonies) puis d’Albert Lebrun (futur président de la République), avant de devenir gouverneur général d’Indochine.

 

Il reçoit la Légion d’honneur à titre civil en 1912, puis à titre militaire par la suite.

 

Après s’être distingué à la guerre, il est nommé gouverneur général de l’AOF (Afrique Occidentale Française) en 1917 et prend ses fonctions à Dakar.

Pour mener à bien son œuvre il s’attaque à la bureaucratie coloniale dont il dénonce l’incurie et la brutalité  à l’égard des indigènes.

 

« Il instaure une doctrine basée sur une décentralisation poussée et le développement de rapports étroits entre le chef colonial et ses administrés. Enfin, il pousse à l’établissement d’un maillage d’intermédiaires indigènes, judicieusement choisis en respectant les traditions hiérarchiques des sociétés préexistantes. Cette rénovation achevée, les résultats ne se font pas attendre et les cargos chargés à ras bord de matières alimentaires et premières quittent régulièrement le port de Dakar en direction de la métropole. Au-delà ce cette tâche ponctuelle qui prendra fin au terme des hostilités, van Vollenhoven voit plus loin et souhaite faire de l’AOF un acteur efficace de la lutte économique qui dominera les années de l’après guerre. Conscient de la richesse du territoire, il est persuadé qu’après un effort d’investissement dans le développement des infrastructures, il est possible d’atteindre un tel résultat dans des délais raisonnables. Sensible aux responsabilités humaines qu’implique sa fonction, il fait du développement de l’instruction publique, une de ses priorités. Il veille également à l’éclosion de sociétés indigènes de prévoyance, de secours et de prêts mutuels agricoles permettant aux administrés de travailler plus sereinement mais aussi plus efficacement. » (Romain Sertelet, https://verdun-meuse.fr

 

Les choses se gâtent assez rapidement, car Van Vollenhoven est très sensible à la misère des indigènes et aux méthodes de recrutement des envoyés de la Métropole, surtout à partir de 1917. Il le fait savoir à Paris et adresse un premier courrier à André Maginot ministre des colonies, en juillet :

 

« Les opérations de recrutement qui ont eu lieu de 1914 à 1917 en AOF ont été excessives dans leurs résultats comme dans leurs méthodes... Aucun nouveau recrutement n'est possible tant que la Colonie ne sera pas complètement en mains et que la population n'aura pas repris une suffisante confiance en nous pour ne plus redouter les abus du récent passé. »

 

Puis en septembre 1917 à René Besnard, successeur de Maginot au ministère des colonies :

« Je vous supplie, Monsieur le Ministre, de ne pas donner l'ordre de procéder à de nouveaux recrutements de troupes noires. Vous mettriez ce pays à feu et à sang. Vous le ruineriez complètement et ce, sans aucun résultat. Nous sommes allés non seulement au-delà de ce qui était sage, mais au-delà de ce qu'il était possible de demander à ce pays. »

 

Outre la dimension humaine, les intérêts économiques des maisons commerciales bordelaises et marseillaises, privées de main-d’œuvre, ont sûrement pesé sur la prise de position du nouveau gouverneur.

 

Van Vollenhoven ayant consulté ses gouverneurs, ceux-ci lui font savoir qu’une nouvelle conscription ne pourrait se faire que par la force.

Il a aussi demandé l’avis de certaines personnalités : Jules Carde, futur gouverneur général de l’AOF, Maurice Delafosse, ethnologue.

 

Pourtant Clemenceau, Président du Conseil, décide de reprendre le recrutement indigène en 1917 L’état major aux abois venait de faire savoir au gouvernement que l’armée «  est en déficit grave de 200.000.combattants, qu’il lui faut d’urgence pour faire face aux Allemands et à leurs alliés ». Pour cette mission, le président du Conseil fait appel à Blaise Diagne, premier député noir élu au Parlement, en 1914 et qu’il fait entrer à son cabinet. Il crée pour lui un  poste spécial : « le secrétariat d’État au recrutement », en le chargeant d’aller de toute urgence, recruter 40.000  hommes en Afrique. Blaise Diagne est ainsi envoyé en Afrique, chargé de la confiance du président du Conseil, et de promesses au nom  de la France. Cette importante mission est  baptisée «  Mission Blaise Diagne » qui connut un succès éclatant.

Blaise Diagne revint avec 77 000 hommes.

(Voir Blog article du 9-11-2014 : Blaise Diagne, un député noir au service de la France).

Informé de la mission Diagne en AOF et AEF, van Vollenhoven a une entrevue orageuse avec Clemenceau et, mécontent de cette décision, il démissionne en 1918 et revient sur le front avec le grade de capitaine. Il est grièvement blessé à la tête ; ramené à l’arrière, il meurt à Montgobert le lendemain, à 40 ans. Tel fut Van Vollenhoven, colonial et soldat, dominé par le sens du devoir.

Buste de Joost van Vollenhoven (ministère des Outre-mer)

Sur le mémorial sous lequel est enterré le capitaine Joost van Vollenhoven, dans la forêt de Longpont à Montgobert, est inscrite la citation à l’ordre du RICM et sa citation à l’ordre du régiment, décernée par le général Mangin en 1918, ci-dessous :

« Officier d’une valeur et d’une vertu antiques, incarnant les plus belles et les plus solides qualités militaires, mortellement frappé au moment où, électrisant la troupe par son exemple, il enlevait une position ennemies opiniâtrement défendue. À placer au rang des Bayard et des La Tour d’Auvergne, et à citer en exemple aux générations futures, ayant été l’un des plus brillants parmi les plus braves. »

 

En 1938, le président de la République, Albert Lebrun et son ministre de Colonies, Georges Mandel (futur gouverneur général de l’AOF), inaugurent ce monument.

 

Mausolée de Joost van Vollenhoven
 (œuvre de la sculptrice Anna Quinquaud)

Joost van Vollenhoven fut une figure populaire de l’épopée coloniale française. De nombreuses rues, places et établissements scolaires de l’ancienne AOF, portaient son nom. Si bien qu’aujourd’hui il est peut-être plus connu des Sénégalais que des Français.

Aujourd’hui encore des lieux publics et des écoles en Afrique comme en France portent son nom :

-Une avenue à Bamako, à Cotonou

-à Dakar, un monument dédié « aux créateurs de l’AOF et à la gloire de l’armée noire », comporte le médaillon de van Vollenhoven, outre d’autres personnages célèbres, tels Faidherbe et William Ponty.

- le célèbre lycée van Vollenhoven à Dakar….

Timbre › Joost van Vollenhoven (1877-1918) Indochine française

 

-square van Vollenhoven dans le 12e arrondissement de Paris.

-la salle d’honneur du RICM de Vannes, puis de Poitiers, est baptisée de son nom.

-la promotion 90/12 des élèves officiers de réserve de l’ESM Saint-Cyr Coëtquidan porte aussi son nom.

Le nom de Joost van Vollenhoven était peu connu en Algérie française mais son nom et celui de son frère Jacques, mort au champ d’honneur, ont été gravés sur le monument aux morts de Birmandreïs (Bir Mourad Raïs aujourd’hui) (banlieue d’Alger) et sur une plaque dans l’église.

 

Monument au capitaine Joost van Vollenhoven (Hanoï, Vietnam)

Pour en savoir plus : ANONYME, La vie lucide et passionnée de Joost Van Vollenhoven : Grand administrateur colonial, soldat héroïque, Paris, 1942.

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2021 7 17 /10 /octobre /2021 09:38

LE MAL
QU’EST-CE QUE LE MAL ? (2)

 

Le philosophe français, Jean-Jacques Rousseau
et
le philosophe allemand Emmanuel Kant
livrent leur avis sur le sujet

J-J Rousseau (1712-1778)

Jean-Jacques Rousseau (né en 1712 et mort en 1778) est une des personnalités de premier plan parmi les « philosophes des Lumières ».µIl a toujours âprement défendu sa vision du mal, de tout temps, sans dévier, jusqu’à sa mort. Pour lui, l’homme naît bon, c’est la société qui le corrompt. (Voir article du blog du 20-12- 2014).

Son œuvre est une démonstration de cette thèse dans l’éducation des enfants. (voir article du blog du 07-06-2020).

Le texte suivant peut être considéré comme un condensé de sa vision globale de l’homme et de la société : à l’origine l’homme est bon mais son « amour de soi » s’efface devant « l’amour propre » qui est une passion sociale. L’homme devient méchant quand il se compare aux autres.

« Le principe fondamental de toute morale [...] est que l'homme est un être naturellement bon, aimant la justice et l'ordre ; qu'il n'y a point de perversité originelle dans le cœur humain, et que les premiers mouvements de la nature sont toujours droits. J'ai fait voir que l'unique passion qui naisse avec l'homme, savoir l'amour-propre, est une passion indifférente en elle-même au bien et au mal ; qu'elle ne devient bonne ou mauvaise que par accident et selon les circonstances dans lesquelles elle se développe. J'ai montré que tous les vices qu'on impute au cœur humain ne lui sont point naturels ; j'ai dit la manière dont ils naissent ; j'en ai, pour ainsi dire, suivi la généalogie, et j'ai fait voir comment, par l'altération successive de leur bonté originelle, les hommes deviennent enfin ce qu'ils sont.

 

« Vivre, ce n’est pas respirer, c’est faire usage de nos organes, de nos sens, de nos facultés, de toutes les parties de nous-mêmes. » (J.J. Rousseau)

 

J'ai encore expliqué ce que j'entendais par cette bonté originelle qui ne semble pas se déduire de l'indifférence au bien et au mal, naturelle à l'amour de soi. L'homme n'est pas un être simple ; il est composé de deux substances. [...] Cela prouvé, l'amour de soi n'est plus une passion simple ; mais elle a deux principes, à savoir l'être intelligent et l'être sensitif, dont le bien-être n'est pas le même. L'appétit des sens tend à celui du corps, et l'amour de l'ordre à celui de l'âme. [...] Dans cet état, l'homme ne connaît que lui ; il ne voit son bien-être opposé ni conforme à celui de personne ; il ne hait ni n'aime rien ; borné au seul instinct physique, il est nul, il est bête ; c'est ce que j'ai fait voir dans mon Discours sur l'inégalité

Quand, par un développement dont j'ai montré le progrès, les hommes commencent à jeter les yeux sur leurs semblables, ils commencent aussi à voir leurs rapports et les rapports des choses, à prendre des idées de convenance, de justice et d'ordre ; le beau moral commence à leur devenir sensible et la conscience agit. Alors ils ont des vertus, et s'ils ont aussi des vices, c'est parce que leurs intérêts se croisent et que leur ambition s'éveille, à mesure que leurs lumières s'étendent. Mais tant qu'il y a moins d'opposition d'intérêts que de concours de lumières, les hommes sont essentiellement bons. Voilà le second état.

 

«  Il n’y a point de bonheur sans courage, ni de vertu sans combat.. » (J.J. Rousseau)

 

Quand enfin tous les intérêts particuliers agités s'entrechoquent, quand l'amour de soi mis en fermentation devient amour-propre, que l'opinion, rendant l'univers entier nécessaire à chaque homme, les rend tous ennemis-nés les uns des autres et fait que nul ne trouve son bien que dans le mal d'autrui, alors la conscience, plus faible que les passions exaltées, est étouffée par elles, et ne reste plus dans la bouche des hommes qu'un mot fait pour se tromper mutuellement. Chacun feint alors de vouloir sacrifier ses intérêts à ceux du public, et tous mentent. [...]

Voilà, Monseigneur, [...] comment l'homme étant bon, les hommes deviennent méchants. » (Jean-Jacques Rousseau, Lettre à Christophe de Beaumont, Œuvres complètes, Gallimard. Voir revue Philosophie magazine, hors série)

 

« Toute méchanceté vient de la faiblesse. L’enfant est méchant parce qu’il est faible ; rendez-le fort, il sera bon » (J.J. Rousseau)

 

 

Emmanuel Kant (1724-1804)

 

Kant, en essayant de conformer sa vie à ses écrits philosophiques, a exercé une profonde et durable influence sur l’idéalisme allemand, la philosophie analytique, la philosophie moderne et la pensée critique en général.
Il est l’auteur d’une œuvre considérable, variée, mais centrée autour de trois types de  critique :
—la critique de la raison pure
—la critique de la raison pratique
—la critique de la faculté de juger.

(Voir articles du blog du 26-03-2017).

Dans l’extrait ci-dessous Kant expose l’idée de mal radical, un mal qui se trouve à la racine de notre conduite. Nous sommes mauvais quand nous faisons passer nos intérêts égoïstes avant la loi morale universelle. Cette perversion nous semble naturelle, tant elle est implantée profondément en nous.

 

« La proposition : L’homme est mauvais, ne peut vouloir dire autre chose d'après ce qui précède que : Il a conscience de la loi morale et il a cependant admis dans sa maxime de s'en écarter (à l'occasion). Il est mauvais par nature signifie que ceci s'applique à lui considéré en son espèce ; ce n'est pas qu'une qualité de ce genre puisse être déduite de son concept spécifique (celui d'un homme en général) (car alors elle serait nécessaire), mais, dans la mesure où on le connaît par expérience, l'homme ne peut être jugé autrement. [...] Or, du moment que ce penchant doit lui-même être nécessairement considéré comme mauvais moralement et non par conséquent comme une disposition naturelle, mais comme une chose qui peut être imputée à l'homme ; qu'il doit par conséquent nécessairement consister en maximes de libre arbitre contraires à la loi, et qu'il faut considérer celles-ci, à cause de la liberté, comme en soi contingentes, ce qui, à son tour, ne saurait s'accorder avec l'universalité de ce mal si ce suprême fondement subjectif de toutes les maximes n'était pas d'une manière quelconque lié à l'humanité et s'il n'y était pas en quelque sorte enraciné, nous pouvons appeler ce penchant, un penchant naturel au mal ; et comme il faut qu'il soit toujours coupable par sa propre faute, un mal radical inné dans la nature humaine (que nous avons néanmoins contracté nous-mêmes).

[...]

 

« On mesure l’intelligence d’un individu à la quantité d’incertitudes qu’il est capable de supporter » (Kant)

 

L'homme (même le meilleur) ne devient mauvais que s'il renverse l'ordre moral des motifs lorsqu'il les accueille dans ses maximes ; à dire vrai, il accueille dans celles-ci la loi morale ainsi que la loi de l'amour de soi ; toutefois, s'apercevant que l'une ne peut subsister à côté de l'autre, mais doit être subordonnée à l'autre, comme à sa condition supérieure, il fait des mobiles de l'amour de soi et de ses inclinations la condition de l'obéissance à la loi morale, alors que c'est bien plutôt cette dernière qui devrait être accueillie comme condition suprême de la satisfaction des autres dans la maxime générale du libre arbitre, en qualité de motif unique.

[...]

 

« La musique est la langue des émotions » (Kant)

 

S'il y a un semblable penchant dans la nature humaine, c'est qu'il existe dans l'homme un penchant naturel au mal ; et ce penchant lui-même qui doit finalement être cherché dans le libre arbitre et qui est en conséquence imputable, est moralement mauvais. Ce mal est radical parce qu'il corrompt le fondement de toutes les maximes, de plus, en tant que penchant naturel, il ne peut être extirpé par les forces humaines ; car ceci ne pourrait avoir lieu qu'au moyen de bonnes maximes, ce qui ne peut se produire quand le fondement subjectif suprême de toutes les maximes est présumé corrompu ; néanmoins, il faut pouvoir le dominer puisqu'il se rencontre dans l'homme, comme être agissant librement.

 

« La possession du pouvoir corrompt inévitablement la raison » (Kant)

 

Par suite, la malignité de la nature humaine ne doit pas, à vrai dire, s'appeler méchanceté si l'on prend ce mot au sens rigoureux ; c'est-à-dire comme intention (principe subjectif des maximes) d'admettre le mal, en tant que mal, comme motif dans sa maxime (car c'est là une intention diabolique), mais plutôt perversion du cœur, et ce cœur, suivant la conséquence, se nomme alors aussi mauvais cœur. » (Kant, La Religion dans les limites de la simple raison,. Voir revue Philosophie magazine, hors série)

 

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2021 7 10 /10 /octobre /2021 15:26

LE MAL
QU’EST-CE QUE LE M AL ? (1)

Chacun de nous en a sans doute une idée, même s’il n’en a pas une expérience personnelle précise.

Fait-on du mal à autrui sciemment ou inconsciemment ?

Deux éminences, Socrate et Saint-Augustin exposent ici leur point de vue sur la question.

Socrate (470-399 av. J.C.)

 

« Connais-toi toi-même » (Socrate)

 

Socrate, philosophe grec du 5e siècle avant J.C., est né à Athènes en 470 et mort en 399 avant J.C.

Il est l’un des grands philosophes qui ont contribué au rayonnement culturel de la Grèce antique, essentiellement au Ve siècle avant J.C.

Malheureusement pour la postérité, Socrate n’a pas écrit lui-même. Sa pensée, ainsi que les thèmes qu’il a développés au cours de ses leçons de philosophie, ont été scrupuleusement rapportés par ses disciples, en tout premier lieu Platon.

 

« Le premier savoir est le savoir de mon ignorance : c'est le début de l'intelligence. » (Socrate)

 

Platon (428-348 av. J.C.)

 

Platon, né en 428 et mort en 348 avant J.C. à Athènes. Fidèle élève de Socrate, à la mort de son maître, Platon s’évertua à faire connaitre la philosophie et la pensée de ce dernier à la postérité.

Lui-même a produit une œuvre philosophique considérable, surtout sous forme de dialogues, comme le texte ci-après. Sa pensée philosophique a fortement influencé le monde occidental.

 

 

« Socrate [...] Allons, essaie donc à ton tour d'acquitter la promesse que tu m'as faite : dis-moi ce qu'est la vertu en général. [...]

Ménon Eh bien, il me semble, Socrate, que la vertu consiste, selon la formule du poète, "à se réjouir des belles choses et à être puissant". Quant à moi, je déclare que la vertu, c'est le désir des belles choses avec le pouvoir de se les procurer.

SocrateVeux-tu dire que l'homme qui désire les belles choses est désireux des bonnes ?

Ménon Oui, plus que tout.

Socrate Dis-tu cela avec l'idée que certains hommes désirent le mal, tandis que d’autres désirent le bien ? Ne crois-tu pas, excellent homme, que tous les hommes désirent le bien ?

Ménon Non, je ne le crois pas.

Socrate Il y a donc des hommes qui désirent le mal !

Ménon Oui. [...]

Socrate Parce que toi, Ménon, tu crois qu'on peut, tout en sachant que le mal est mal, le désirer quand même ? Ménon Tout à fait.

Socrate Que veux-tu dire ? Que désire-t-on : que le mal arrive à soi-même ?

Ménon Qu'il arrive ! Évidemment !

Socrate En considérant que ce mal est bénéfique à celui auquel il arrive ? ou bien tout en sachant qu'il fera du tort à l'homme chez qui il advient ?

Ménon Certains considèrent que le mal est bénéfique, mais d'autres savent aussi que le mal fait du tort.

Socrate Et toi, alors, crois-tu qu'ils sachent que le mal est mal quand ils le considèrent comme bénéfique ?

Ménon Non, certainement pas ! Ce n'est pas ce que je crois !

Socrate En ce cas, n'est-il pas évident que ces gens-là ne désirent pas le mal, puisqu'ils ignorent ce qu'il est, mais qu'ils désirent ce qu'ils croyaient être le bien, même si en fait ce bien est mal ? De sorte que, s'ils ignorent le mal et le prennent vraiment pour un bien, il est évident que c'est le bien qu'ils désirent, n'est-ce pas ?

Ménon Pour ces gens-là, oui, il est possible que ce soit vrai.

Socrate Mais alors, les hommes qui désirent le mal, comme tu le prétends, tout en sachant que le mal nuit à celui auquel il arrive, ils doivent bien savoir que ce mal leur nuira ?

Ménon C'est nécessaire.

Socrate Mais ces hommes-là ne croient-ils pas que, si une chose leur fait du tort, une telle chose, dans la mesure où elle leur nuit, les rend misérables ?

Ménon Là aussi, c'est nécessaire.

Socrate Mais en les rendant misérables, ne fait-elle pas d'eux des êtres malheureux ?

Ménon Oui, je pense.

Socrate Y a-t-il donc un homme qui veuille être misérable et malheureux ?

Ménon Il ne me semble pas, Socrate.

Socrate Il n'y a donc personne, Ménon, qui veuille le mal, à moins de vouloir être comme cela. En effet, être misérable, qu'est-ce que c'est, sinon désirer le mal et l'obtenir ?

Ménon Il est possible que tu dises vrai, Socrate, et que personne ne veuille le mal. »  (Platon, Ménon, Œuvres complètes, Flammarion. Voir revue Philosophie magazine, hors série)

 

« Ce que je sais, c’est que je ne sais rien. » (Socrate)

Saint-Augustin (340-430 ap. J.C.)

 

Saint Augustin ou Augustin d’Hippone né en 354 après J. C. à Thagaste (actuelle Souk Ahras, Algérie), alors province romaine d’Afrique est mort en 430 à Hippone (actuelle Annaba, Algérie).

Docteur de l’Église latine, philosophe, écrivain, moraliste et un théologien chrétien romain, il est l’un des quatre Pères de l’Église d’Occident.

Auteur d’une œuvre considérable dont se dégagent trois ouvrages prisé par les chrétiens :

  • Les Confessions
  • La Cité de Dieu
  • De la Trinité

 

 

« Certes votre loi, Seigneur, condamne le larcin, une loi gravée dans le cœur des hommes, et que leur iniquité même n'abolit pas. Quel voleur accepte qu'on le vole ? Le riche n'admet pas l'excuse de l'indigence. Eh bien ! moi, j'ai voulu voler, et j'ai volé sans que la misère m'y poussât, rien que par insuffisance et mépris du sentiment de justice, par excès d'iniquité. Car j'ai volé ce que je possédais en abondance et de meilleure sorte. Ce n'est pas de l'objet convoité par mon vol que je voulais jouir, mais du vol même et péché.

Il y avait dans le voisinage de notre vigne un poirier chargé de fruits qui n'avaient rien de tentant, ni la beauté ni la saveur. En pleine nuit (selon notre exécrable habitude nous avions prolongé jusque-là nos jeux sur les places), nous nous en allâmes, une bande de mauvais garçons, secouer cet arbre et en emporter les fruits. Nous en fîmes un énorme butin, non pour nous en régaler, mais pour le jeter aux porcs. Sans doute nous en mangeâmes un peu, mais notre seul plaisir fut d'avoir commis un acte défendu.

 

« Le bonheur c’est de continuer à désirer ce qu’on possède » (Saint Augustin)

 

Voilà mon cœur, ô Dieu, voilà mon cœur dont avez eu pitié au fond de l'abîme. Qu'il vous dise maintenant, ce cœur que voilà, ce qu'il cherchait dans cet abîme, pour faire le mal sans raison, sans autre raison de le faire que sa malice même. Malice honteuse, et je l'ai aimée ; j'ai aimé ma propre perte ; j'ai aimé ma chute ; non l'objet qui me faisait choir, mais ma chute même, je l’ai aimée. Ô laideur de l’âme qui abandonnait votre soutien pour sa ruine, et ne convoitait dans l'infamie que l'infamie elle-même. [...]

Misère ! Qu'ai-je donc aimé en toi, ô mon larcin, crime nocturne de mes seize ans ? Tu n'étais pas beau, étant un larcin. As-tu même une existence réelle pour que je t'interpelle ? Ce qui était plus beau, c'étaient ces fruits que nous dérobâmes, car ils étaient votre œuvre à vous, suprême Beauté, Créateur de toutes choses, Dieu bon, Dieu souverain Bien et mon Bien véritable ; certes, ils étaient beaux, ces fruits, mais ce n'était pas eux que convoitait mon cœur misérable. J'en avais de meilleurs en grand nombre ; je ne les ai donc cueillis que pour voler. Car aussitôt cueillis, je les jetai loin de moi, me nourrissant de ma seule iniquité, dont la saveur m'était délicieuse. S'il entra un peu de ces fruits dans ma bouche, c'est ma faute qui fit leur saveur. [...]

 

« Les riches : vous voyez bien ce qu’ils ont, vous ne voyez pas ce qui leur manque. » (Saint Augustin)

 

Qu'ai-je donc aimé dans ce larcin, et en quoi ai-je imité mon Seigneur, même d'une manière criminelle et fausse ? Me suis-je plu à transgresser votre loi par la ruse, ne pouvant le faire par la force ? Esclave, ai-je affecté une liberté mutilée en faisant impunément, par une ténébreuse contrefaçon de votre toute-puissance, ce qui m'était défendu ? Voilà "cet esclave qui fuit son maître et qui recherche l'ombre". Ô corruption ! ô vie monstrueuse ! ô abîme de mort !

Ai-je pu prendre plaisir à ce qui n'était pas licite pour la seule raison que ce n'était pas licite ? » (Saint Augustin, Les Confessions, GF-Flammarion. Voir revue Philosophie magazine, hors série)

 

 

« L’homme est la mesure de toute chose. » (Platon)

 

« La vie est trop courte et trop précieuse pour la passer à nous distraire et à accumuler un trésor périssable. Cherchons plutôt à en comprendre le sens véritable et à enrichir notre âme. » (Socrate)

 

 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2021 7 03 /10 /octobre /2021 07:48

Gottfried Honegger, Hommage à Jacques Monod,
 1974, Dijon, université de Bourgogne.

 

LA VISION DE L’ART DE GOTTFRIED HONEGGER 
DANS SA LETTRE À JEAN ARP

Gottfried Honegger (1917-2016)

 

Gottfried Honegger, né en 1917 à Zurich et mort en 2016 également à Zurich, est un peintre, graphiste publicitaire et collectionneur suisse.
Il a vécu et travaillé à Paris, Zurich, Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes)…
En 1938, il fonde un atelier de graphisme, de décoration et de photographie.
Entre 1939 et 1960, il séjourne dans différents pays puis revient en France en 1960, où il utilise l’informatique pour des dessins programmés par ordinateur.
Honegger réalise des Tableaux-reliefs aux formats monumentaux.
Il est reconnu comme l’un des piliers de l’art concret (mouvement artistique de tendance abstraite).

Pour lui, l’art a une fonction sociale, ce qui le conduit à concevoir un outil pédagogique : Le Viseur. Cet instrument est destiné à l’apprentissage du regard pour l’enfant : améliorer la perception des couleurs, des formes, du rythme. En 2015, Honegger avait initié des activités plastiques pour les enfants handicapés.

En 2000, avec sa dernière épouse, Subil Albers-Barroer, il fait la donation de leur collection d’art (500 œuvres de 160 artistes) à l’État français.

 

G. Honnegger, sans titre

Ce que Guy Amsellem dit de lui :

« Gottfried Honegger, plasticien, sculpteur, est un des plus éminents représentants de l'art concret international. Son œuvre austère, abstraite, bien que trouvant son inspiration dans l'apparente froideur des figures géométriques, se revendique comme une nouvelle forme d'humanisme. « La laideur nous rend malades ». Rechercher la beauté la plus pure c'est faire œuvre de vérité, d'élucidation (Aufklärung), c'est ouvrir les yeux du public en lui apprenant à voir. La pédagogie, telle est aujourd'hui la mission la plus urgente des arts plastiques. Gottfried Honegger en est à ce point persuadé qu'il a fondé à Mouans-Sartoux, avec sa compagne Sybil Albers-Barrier, l’« Espace de l'art concret ». Outre la plus grande collection française d'art concret, celui-ci offre des ateliers où les écoliers et les collégiens de la région viennent apprendre à voir, et à découvrir ce faisant la créativité en germe en chacun d'eux. » (Guy Amsellem)

Jean Arp, Berger des nuages (1953),

 

Lettre à Jean Arp

« Très cher,

Dans la Frankfurter Allgemeine Zeitung, on peut lire sous le titre « L'art n'est pas libre » que la fondation du centre culturel sarrois veut réorganiser votre musée pour attirer davantage le public. Wolf-Dieter Dube de Berlin, en conservateur expérimenté, a donné aux Sarrois, apparemment incompétents, un conseil audacieux. Il leur a proposé de rendre le musée plus populaire, d'abaisser le niveau, d'offrir plus d'amusements, plus de foule et de chahut. M. Dube du moins est honnête, il dit ouvertement ce que la plupart des politiques et des conservateurs pensent tout bas.

Ainsi par manque d'argent le musée devient lentement un « casino ». La question n'est plus l'art comme notre histoire, l'art vécu comme conviction. Avec le divertissement on croit pouvoir mieux vendre au public l'idée de musée, l'art.
       Les statistiques de fréquentation publiées, le nombre des visiteurs déterminent de nos jours le succès ou l'échec d'une exposition. Récemment, j'ai entendu dire qu'on allait bientôt fêter les mariages, les anniversaires ou les jubilés d'entreprise dans de nobles salles de musée. Cézanne ou Gauguin ou Picasso élèveront sans doute le niveau culturel des participants, ils donneront à la fête l'éclat désiré.

Quand j'ai reposé le journal, mes pensées sont allées à votre œuvre, cher Arp. A l'idée que dans la salle des Arp le Champagne coule à flots, qu'on y fume le cigare, que ça sente la nourriture et qu'on y passe une vidéo aux sons d'une musique légère, je suis malade.

Dans le musée d'Art moderne de la ville de Paris, j'ai assisté aux préparatifs d'une soirée donnée par une boîte d'informatique — devant une grande fresque de Matisse. Je me demande dans quel monde nous vivons, un monde ou tout est jugé selon son rendement ! Déjà la publicité de la plupart des musées me fait plus penser à de la publicité pour des produits commerciaux qu'à de la publicité pour la culture. Rien n'est assez primaire pour attirer le public. On préfère même la langue anglaise.

Je pense à vous, parce que j'ai eu hier dans votre atelier le privilège d'avoir à donner un avis sur des fonts baptismaux auxquels vous travaillez. Encore une fois — ce travail est une sculpture qui tire sa beauté de son évidence, de son silence. La beauté est pour moi le mot clé, ne serait-ce que parce que nous savons que la laideur blesse nos yeux. Vous, mon cher ami, vous avez consacré votre vie à la beauté. Elle est pour vous une nécessité existentielle. Votre art tient du miracle. On essaie de comprendre, d'analyser, de traquer la logique de votre œuvre, et finalement on se retrouve, ravi, au paradis de l'harmonie. Les théoriciens de l'art essaient toujours d'estimer la valeur d'une œuvre, de la mesurer, de la peser, ils voudraient savoir quelle quantité d'art elle contient. Le miracle, oui, nous avons perdu le sens du miracle. Même les gardiens de l'art, les historiens, les conservateurs, les critiques, les artistes eux-mêmes n'opposent plus aucune résistance. Une résistance contre la foire dans les musées. Chacun pour soi, surtout ne vexer personne. Sinon il en irait pour nous comme pour Ernst Gerhard Güse, qui fut longtemps directeur du Musée sarrois. On serait immédiatement congédié. La répression est aujourd'hui omniprésente.

Quand, avec vos amis, vous avez fondé à Zurich le dadaïsme, c'était pour dénoncer la banqueroute des valeurs officielles. Vous refusiez la vision bourgeoise de l'art.

Vous m'avez raconté comment s'est constituée la résistance, comment elle s'est élargie internationalement. Pourquoi, je vous le demande, pourquoi nous taisons-nous, nous les artistes contemporains ? Où peut-on voir une contestation collective ? Que nous manque-t-il aujourd'hui ? Le désir du succès, de l'argent nous a-t-il paralysés ?

Parce que je sens en moi une révolte comme vous autrefois, parce que je ne supporte plus ce vide, cette scène de l'art officiel, je cherche une explication. Je suis devenu artiste pour coopérer, pour apprendre à voir. Parce que je croyais à l'influence de l'art, et y crois toujours, j'ai fondé avec ma compagne Sybil Albers dans le Sud de la France l'Espace de l'art concret. Son succès me prouve que les utopies peuvent devenir réalités. L'Espace de l'art concret essaie par des expositions didactiques d'enseigner le sens et le but de l'art. Les autorités françaises récompensent notre travail par la construction d'un bâtiment destiné à accueillir notre donation. Nous avons rencontré le succès sans pourtant offrir aucune distraction.

En toute modestie, les dadaïstes de Zurich, ville où Sybil Albers et moi sommes nés, étaient pour nous un exemple. Nous avons aujourd'hui la paix en Europe. Mais sous couvert de démocratie, se répand l'embrasement mondial du néo-libéralisme, une puissance d'argent qui dévoile le miracle de la vie. Au lieu de la beauté, elle offre le populisme.

Vous voyez, cher Arp, notre conversation me fait à nouveau croire à l'influence de la beauté. » (Gottfried Honegger, Lettres à, Éditions Jacqueline Chambon)

Jean Arp (1886-1926)

 

Jean Arp, né Hans Peter Wilhelm Arp, en 1886 à Strasbourg (alors en Allemagne) est mort à Bâle (Suisse) en 1966. Il fut naturalisé français en 1926.
Il fut peintre, sculpteur, poète allemand, mais aussi écrivain, photographe, designer.
Son père était allemand mais sa mère, alsacienne, l’avait élevé dans la culture française.
Il fut, entre autre, cofondateur du mouvement dada à Zurich, puis il fut proche du surréalisme.
Il épouse Sophie Taeuber et le couple s’installe à Clamart.
Arp est devenu un artiste mondialement connu. Il a reçu de nombreuses décorations.
Paul Éluard, poète surréaliste, lui dédia un poème dans « Capitale de la douleur »

Un grand nombre de ses œuvres sont exposées au musée d’Art moderne et contemporain de Strasbourg.

Sa seconde épouse, Marguerite Hagenbach, a fait de leur maison-atelier de Clamart la fondation Arp.

 

Jean Arp, Feuilles et gouttes

Partager cet article
Repost0