Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

7 septembre 2008 7 07 /09 /septembre /2008 16:29


L'EUROPE ET L'AFRIQUE, HIER ET AUJOURD'HUI


L'antériorité de certaines pratiques passe inaperçue. Et pourtant. Il est un lien continu dans les relations entre ces deux continents : l'ingérence des Européens dans la vie intérieure des Etats africains.
Les Etats africains contemporains ont souvent connu cette ingérence sous la forme de coups d'Etat dans lesquels sont généralement impliqués des pays étrangers. Principalement européens, mais aussi Etats-Unis, voire l'ex-URSS.
L'Afrique a connu 186 coups d'Etat de 1956 à 2001. A cet égard, il faut distinguer deux générations de coups d'Etat : ceux perpétrés avant 1989-1991 et ceux d'après.
Avant la guerre froide, des Etats étrangers (Europe et Etats-Unis) sont impliqués dans 99% des coups d'Etat qu'a connus le continent. Il s'agissait alors soit d'éviter qu'un pays africain bascule dans un camp ou dans l'autre (bloc de l'Ouest ou bloc de l'Est). Ou le plus souvent d'écarter un chef d'Etat qui avait cessé d'être docile, pour le remplacer par un autre jugé plus accommodant ou "fabriqué de toutes pièces", qu'on installait à la tête du pays sans aucun égard pour la population, en "service commandé". Chef d'Etat africain au service exclusif des intérêts d'un Etat européen.
Dans cet exercice les rôles étaient bien convenus suivant la ligne de partage décidée depuis la conférence de Berlin (zones d'influence) en 1885.
- Les Anglais s'occupaient des Etats anglophones (leurs anciennes colonies).
- Les Français  des Etats francophones.
- Les Portugais des Etats lusophones.
- Les Espagnols des Etats hispanophones.
- Les Belges dans leurs anciennes colonies.
- Les Etats-Unis s'occupaient de tous.

Cette ingérence des Européens dans les affaires africaines est bien antérieure au XIXe siècle. Elle ne fit qu'entériner une pratique connue depuis le XVIe siècle, inaugurée par les Portugais, au Congo (Kongo), et en Angola. Mais les Portugais furent suivis par bien d'autres. Suit un exemple français :


PROJET DE DESTITUTION DU ROI DAMEL [Sénégal]

 

« Il serait essentiel pour le bien du commerce de la Compagnie [française] que le royaume de Thin, dont Damel vient de faire la conquête fût possédé par un autre ; il ne serait plus à portée d'avoir communication avec les Anglais, puisque ces derniers ne peuvent pas passer Portudal suivant les termes du traité fait entre les deux Compagnies, au lieu que Damel maître de deux royaumes est en état de se passer de nous ; on pourrait parvenir à le chasser du pays de Thin en fournissant des armes et des munitions à son concurrent qui est très porté à recommencer la guerre s'il en avait les moyens. Cela supposé, on prendrait de bons tempéraments pour assurer le remboursement des armes qui auraient été faites pour cette entreprise... ». Signé par Le Juge, Directeur et Commandant des forts et Isles de Gorée. (4 juillet 1737).


D'autres exemples seront évoqués plus tard.


Partager cet article
Repost0

commentaires