Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Recherche

12 mai 2008 1 12 /05 /mai /2008 17:41

 



UNE PEDAGOGIE NECESSAIRE

       
La récente élection présidentielle au Zimbabwe, cette caricature sanglante de la démocratie et du vote est hautement symbolique de l'usage du mot "vote" mais surtout de la perception de la politique en Afrique d'une manière générale.

        La politique ou faire de la politique a un sens spécifiquement africain, tout particulièrement dans le cerveau des dirigeants africains. Des exceptions confirment cette règle. Mais en réalité, il en est si peu !
        Faire de la politique, c'est s'enrichir, c'est occuper le poste le mieux situé stratégiquement pour s'enrichir, en confondant les ressources de la nation avec ses intérêts propres, en subordonnant les premières aux seconds.
        Là réside la source de bien des maux dont souffre ce continent.
        Ce dont  l'Afrique a aussi besoin aujourd'hui, c'est d'une pédagogie de l'éthique en politique qui permettrait de replacer le terme dans son étymologie et ses objectifs premiers. Pourquoi ne pas l'enseigner à tous les niveaux d'apprentissage scolaire et universitaire ?
        La politique, c'est l'autre (ce sont les autres). Ce n'est pas le moyen de s'enrichir sur le dos du peuple, mais de servir ce même peuple  (chacune de ses composantes sans exception, particulièrement les plus faibles) en l'aidant à mieux vivre, à s'épanouir, dans la diginité, le respect de son intégrité et de sa conscience.
         La démocratie et le suffrage impliquent respect de l'autre et humilité. Confisquer le vote des citoyens à son profit, c'est pervertir l'esprit démocratique et violer la volonté et la conscience populaire. Ce qui constitue un crime contre la démocratie comme il s'en commet beaucoup en Afrique.
        Cette pédagogie doit aboutir à ancrer profondément dans les consciences :
        - que tous les êtres, quelqu'ils soient, ont des droits à la naissance.
        - que chaque être humain a droit à la liberté, à l'éducation, à la santé, à la sécurité : le droit dêtre heureux.
        - que la raison d'être de tout gouvernement, partant de toute politique, c'est la garantie de ces droits et le dévouement implicite à les inscrire dans l'action au quotidien.
        - que tout gouvernement qui ne se conformerait pas à ces prescriptions cesse d'être légitime.
        - bref que faire de la politique, ce n'est pas recevoir, mais donner (don de soi, de sa personne, de son temps, de son énergie, de ses facultés intellectuelles et morales, de sa conscience), se "sacrifier", sans autre contrepartie que le bonheur de servir et d'être utile. 






 
Partager cet article
Repost0

commentaires